POLITIQUE
18/09/2016 09:44 EDT | Actualisé 18/09/2016 09:44 EDT

Cellulaire au volant : première baisse du nombre de fautifs au Québec

Pour la première fois depuis l'entrée en vigueur de la loi interdisant les cellulaires au volant au Québec en 2008, le nombre de conducteurs reconnus coupables d'avoir enfreint ce réglement a diminué en 2015 pour atteindre son plus bas niveau en 5 ans.

Cette baisse de près de 13 000 infractions, entre 2014 et 2015, serait attribuable aux sanctions plus sévères prévues au code de la sécurité routière depuis le printemps 2015 ainsi qu'aux nombreuses campagnes de sensibilisations. Toutefois, le nombre d'accidents liés à la distraction est encore trop élevé selon les autorités.

Selon les données obtenues de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), le nombre de conducteurs fautifs a diminué de 23 % passant de 67 866 en 2014 à 55 043 en 2015. La Sûreté du Québec se réjouit de constater que les efforts déployés depuis quelques années portent enfin leurs fruits.

On voit aussi que les citoyens sont de moins en moins tolérants envers ceux qui utilisent le cellulaire au volant et de plus en plus les gens nous les rapportent ces gens-là.

- Annie Thibodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec

Le nombre de points d'inaptitudes reliés à cette infraction qui est passé de 3 à 4 au printemps 2015 pourrait aussi avoir contribué à changer les comportements particulièrement chez les jeunes conducteurs.

« Veux, veux pas cela a une incidence surtout pour les gens qui ont des permis probatoires à 4 points, donc s'ils se font prendre ils vont perdre leur permis », ajoute la sergente Thibodeau.

La SAAQ voit d'un bon oeil ce bilan, mais précise que le nombre de fautifs pourrait encore augmenter si des conducteurs, qui ont contesté une contravention reçue en 2015, sont reconnus coupables.

La Société d'État invite à la prudence dans l'interprétation de ces données dans une période où certains corps policiers ont exercé des moyens de pression.

Est-ce que, par exemple, il peut y avoir eu une différence au niveau des interventions policières?

- Mario Vaillancourt, porte-parole de la SAAQ

Même si les infractions sont en baisse, M. Vaillancourt rappelle que les accidents, eux, sont encore trop nombreux. Selon la SAAQ, un accident sur 2 est attribuable à une distraction impliquant le cellulaire.

Il reste donc encore du travail à faire pour changer les comportements. La SAAQ et l'ensemble des corps policiers du Québec lanceront cette semaine une nouvelle campagne de sensibilisation sur les dangers de texter en conduisant.