NOUVELLES
16/09/2016 19:22 EDT | Actualisé 17/09/2017 01:12 EDT

Syrie: Obama préoccupé par une application insuffisante de l'accord américano-russe

Le président américain Barack Obama s'est déclaré vendredi préoccupé que des éléments essentiels de l'accord américano-russe sur la Syrie ne soient pas appliqués à ce jour, a indiqué la Maison Blanche.

Une semaine après que les Etats-Unis et la Russie eurent conclu un accord portant sur une trêve des combats en Syrie et sur le libre acheminement de l'aide humanitaire aux zones assiégées, M. Obama a discuté avec son Conseil de sécurité nationale (NSC) des failles dans l'application de cet accord.

"Le président s'est déclaré profondément préoccupé que, bien que la violence ait diminué dans le pays, le régime syrien continue de bloquer l'acheminement d'une aide humanitaire indispensable", a rapporté la Maison Blanche.

La trêve entrée en vigueur lundi, et qui a été marquée par des violations vendredi, a permis une baisse générale de la violence en Syrie, mais les convois d'aide humanitaire n'ont pas encore pu rejoindre pour des raisons de sécurité les zones assiégées, notamment les quartiers est, sous contrôle rebelle, de la ville d'Alep, dans le nord.

Les mesures ultérieures prévues par l'accord, particulièrement l'instauration d'une coordination militaire américano-russe renforcée pour frapper le groupe Etat islamique (EI), devront être précédées de "sept jours consécutifs de niveau réduit de violence et d'accès humanitaire ininterrompu", a déclaré M. Obama au cours de la réunion du NSC, selon la Maison Blanche.

Certains responsables du Pentagone ont émis de sérieuses réserves sur l'accord négocié par le secrétaire d'Etat américain John Kerry avec son homologue russe Sergueï Lavrov, ce qui a contraint M. Obama à arbitrer la question.

Selon les détracteurs de l'accord, la Russie a régulièrement utilisé les discussions pour susciter le doute parmi les alliés des Etats-Unis et donner du temps aux forces gouvernementales syriennes afin qu'elles puissent renforcer leurs positions.

Mais la Maison Blanche et le département d'Etat ont soutenu qu'un cessez-le-feu, même s'il était imparfait et instable, offrait un répit précieux aux populations victimes d'une guerre qui est entrée en mars dans sa sixième année.

arb/grf/plh/mf

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!