NOUVELLES
16/09/2016 11:15 EDT | Actualisé 17/09/2017 01:12 EDT

Le pétrole, plombé par les craintes de surproduction, finit en baisse

Les cours du pétrole ont terminé en baisse vendredi à New York, les inquiétudes sur une surabondance de l'offre dominant à nouveau le marché, dans un contexte de renforcement du dollar.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a perdu 88 cents à 43,03 dollars sur le contrat pour livraison en octobre au New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le prix du brut prend en compte les marchés mondiaux et sur ces marchés mondiaux la production en provenance du Nigeria revient. Et il semble que la Libye reprenne ses exportations dans un très proche futur", a indiqué James Williams de WTRG Economics.

Les attaques régulières de groupes armés sur les infrastructures pétrolières nigérianes depuis le début de l'année avaient fait chuter la production du Nigeria, qui avait perdu sa place de premier producteur de brut en Afrique.

En Libye, le gouvernement a promis jeudi une reprise imminente des exportations après l'annonce par les autorités non reconnues qu'elles allaient confier à la compagnie nationale l'exploitation des principaux terminaux pétroliers du pays, dont elles continueront toutefois d'assurer la surveillance.

A plus long terme, les chances d'un rééquilibrage du marché ne sont guère meilleures, comme l'ont indiqué cette semaine deux rapports respectivement publiés par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) lundi, et par l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), mardi.

"L'AIE montre que la surabondance de pétrole va se poursuivre cette année. Nous avons vu la production iranienne augmenter à nouveau en août revenant pleinement à son niveau d'avant les sanctions", a détaillé John Kilduff de Again Capital.

Une tendance générale confirmée par le rapport de l'Opep, qui anticipe un déclin moins rapide que prévu de la production des pays non membres du cartel.

Aux Etats-Unis, l'activité de forage a encore augmenté selon les données du groupe privé Baker Hughes, ce qui laisse craindre que la production américaine pourrait se redresser durablement après avoir beaucoup baissé en début d'année.

Le renforcement du dollar, soutenu par les chiffres de l'inflation, a pesé sur le pétrole, libellé dans cette monnaie car il renchérit son prix pour les pays utilisant d'autres monnaies de réserve.

lla/jld/are

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!