NOUVELLES
16/09/2016 11:36 EDT | Actualisé 17/09/2017 01:12 EDT

« La pauvreté est sexiste » - Justin Trudeau à la Conférence du Fonds mondial

À l'occasion de la conférence du Fonds mondial qui s'est ouverte vendredi à Montréal, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a souligné dans son allocution d'ouverture qu'il importait de briser « le cercle vicieux de la pauvreté » dans le monde.

Cette conférence est destinée à rassembler les ressources nécessaires pour atteindre l'objectif ambitieux de mettre fin aux épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme d'ici 2030.

Et pour endiguer ces épidémies, il faut fournir un effort collectif soutenu et combattre notamment la pauvreté, qui  touche « de manière disproportionnée les femmes et les jeunes filles », a dénoncé M. Trudeau.

La pauvreté frappe plus fortement les femmes

« La pauvreté est sexiste, a-t-il affirmé. [...] Les femmes et les jeunes filles qui vivent dans la pauvreté sont particulièrement exposées à la maladie. Pour elles, il est plus difficile de surmonter les obstacles qui les empêchent de s'instruire, et elles sont victimes, chaque jour, de discrimination sur les plans politique et social. »

Le premier ministre Trudeau a confirmé que le Canada va consacrer quelque 800 millions de dollars, entre 2017 et 2019, au Fonds mondial.

Dans l'ensemble, la conférence vise à recueillir 13 milliards de dollars américains sur trois ans, pour l'exercice 2017-2019. Ces sommes serviraient notamment à sauver plusieurs millions de vies et à prévenir 300 millions de nouvelles infections, selon le Fonds mondial.

À part Justin Trudeau, d'autres personnalités participent à l'événement, telles que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, et le chanteur Bono, du groupe U2 .

L'Afrique durement éprouvée

Déjà, plusieurs pays ont annoncé leur contribution en vue de la conférence. Les États-Unis consacreront 4,3 milliards de dollars américains (environ 5,7 milliards de dollars), tandis que l'Allemagne prévoit investir 800 millions d'euros (environ 1,2 milliard de dollars).

Pour arriver à éradiquer ces maladies qui touchent des millions de personnes dans le monde, le gouvernement canadien souhaite mettre en place des mesures pour améliorer les conditions des femmes et des filles « afin qu'elles deviennent des agentes de changement ».

Les données colligées par le Fonds mondial illustrent que les femmes et les filles sont atteintes « sévèrement et disproportionnellement » par le VIH, la tuberculose et le paludisme. Les victimes se trouvent principalement dans le sud et l'est du continent africain, selon un rapport de l'organisme publié au début du mois.

« Malgré les avancées, les inégalités entre les sexes, les pratiques préjudiciables, la violence sexuelle et la discrimination contre les femmes continuent d'entretenir ce nombre disproportionné de nouvelles infections chez les femmes et les adolescentes et d'augmenter leur risque global de santé », est-il écrit dans le rapport de l'organisme.

Vingt millions de vies sauvées en 13 ans

En 2015, 60 % du financement des programmes du Fonds mondial était consacré aux femmes et aux filles.

En général, de 2002 à 2015, les programmes du Fonds mondial seraient parvenus à sauver plus de 20 millions de vies, selon le même document. Le nombre de décès causés par ces maladies a aussi diminué du tiers dans les pays où est impliquée l'organisation.

Réduire le coût des médicaments

Le Fonds mondial s'efforce de réduire le coût des médicaments antirétroviraux en les achetant en grande quantité et en tentant de réformer les règles touchant la propriété intellectuelle. Ces règles retardent la production de médicaments génériques. 

La ministre canadienne du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, affirme que le Canada considère le Fonds mondial comme le lieu où discuter du coût élevé de ces médicaments, cruciaux pour sauver des vies.

Mme Bibeau affirme que le Canada entend redéployer son aide vers les États les plus pauvres, les plus vulnérables et les plus fragiles.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!