NOUVELLES
16/09/2016 08:49 EDT | Actualisé 17/09/2017 01:12 EDT

Des milliers de partisans de Moqtada Sadr appellent à des réformes à Bagdad

Des milliers de partisans de l'influent chef chiite Moqtada Sadr se sont rassemblés vendredi à Bagdad pour appeler de nouveau à la mise en oeuvre de réformes qui tardent à voir le jour en Irak.

La classe politique irakienne, rongée par la corruption et le clientélisme, peine à garantir à la population des services publics de qualité et est accusée de vouloir préserver un système où les postes sont distribués selon des quotas politiques et confessionnels.

La lutte contre ce système est au coeur de manifestations hebdomadaires organisées par les partisans de Moqtada Sadr depuis le début de l'année, qui ont connu un répit avant de reprendre vendredi.

L'ambiance était festive à Bagdad, certains protestataires agitaient des drapeaux et d'autres dansaient sur des airs de chansons appelant au changement sur la place Tahrir ("Libération" en arabe).

"Le gouvernement n'est pas sérieux", a expliqué à l'AFP Kadhim Hussein, ouvrier de 41 ans. "Ils ont changé certaines choses, mais les plus corrompus sont toujours en place. Ils doivent tous s'en aller".

La manifestation s'est déroulée dans le calme, encadrée par un dispositif de sécurité assuré à la fois par des sadristes et des forces de police.

A l'été 2015, des dizaines de milliers d'Irakiens étaient descendus dans la rue pour réclamer la fin de la corruption et l'amélioration des services publics.

Le Premier ministre Haider al-Abadi avait promis des réformes et les rassemblements s'étaient essoufflés mais le mouvement de protestation avait ensuite repris en début d'année à l'appel de M. Sadr.

Des manifestants avaient même pénétré à deux reprises dans la Zone verte, un quartier ultrasécurisé de la capitale regroupant les principales institutions du pays.

Moqtada Sadr, descendant d'une influente famille religieuse, s'est réinventé comme un champion des réformes en Irak après être devenu populaire en se rebellant par les armes contre les Américains à la suite de l'invasion de l'Irak en 2003.

jmm/nbz/bpe

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!