NOUVELLES
16/09/2016 09:52 EDT | Actualisé 17/09/2017 01:12 EDT

Ciman toujours hanté par sa cheville droite

« Cette blessure va rester longtemps dans ma tête parce que des fois, j'en souffre. Voilà comment se sent Laurent Ciman à quelques heures de la visite du Revolution de la Nouvelle-Angleterre. Un match crucial entre deux clubs qui flirtent avec le 6e et dernier rang dans l'Est donnant accès aux séries.

Un texte de Jean-Patrick Balleux

Le défenseur belge s'est blessé à la cheville droite à son retour de l'Euro. Depuis, il n'est plus tout à fait le même. « Il y a des matchs où je n'ai pas été bon et d'autres où j'ai été un peu mieux, mais ça fait partie du football. Il faut savoir les gérer. Je n'ai pas envie de dire que c'est la faute d'un autre, c'est à moi de gérer », explique Ciman, qui apprécie de plus en plus sa complicité avec Hassoun Camara.

Portes tournantes

« Il y a eu pas mal de changements (dans le 11 partant) et c'est difficile de créer des automatismes. On va avoir besoin de stabilité et moins de changement. Mais comme j'ai dit, c'est le coach qui décide et c'est nous qui devons nous adapter », poursuit Ciman.

Parlant d'adaptation et de l'entraîneur, Mauro Biello a bien aimé le travail de Marco Donadel et de Hernan Bernardello en milieu de terrain contre Philadelphie. « Au niveau de la possession du ballon et de la cohésion entre Donadel et Bernardello... j'espère construire sur ça. En espérant que ça s'améliore et que ça inspire les autres à se libérer », estime Biello.

Le match le plus important

Ce 10e duel de la saison présenté à guichets fermés au stade Saputo samedi est-il important? « Dans le dernier tiers de la saison, tous les matchs sont importants. Mais celui-ci, à la maison, contre un club derrière nous au classement et qui veut nous rattraper, c'est vraiment très important », dit Harry Shipp.

Le petit milieu de Lake Forest sur les berges du lac Michigan aimerait bien voir les siens, sans nécessairement marquer au début du match, à tout le moins, dicter le rythme de la dès les premières secondes.

Shipp ne s'en cache pas : avec peu de clients à l'infirmerie du Bleu-blanc-noir, il est de plus en plus difficile de se tailler un poste sur le 11 partant.

Patrice Bernier en sera-t-il la prochaine victime? Biello n'a pas hésité à « classer » son capitaine. « Quand Pat (Bernier) joue comme numéro 10, il a des responsabilités défensives pour gérer le milieu de terrain. Dans la phase offensive, il n'est pas un 10. C'est plutôt un 8 ou un 6. Et ça devient un peu plus difficile pour lui de démontrer ses qualités, car il est dans des espaces réduits. »

Le casse-tête Kamara

La dernière fois que Montréal s'est frotté à la Nouvelle-Angleterre, le 2 juillet, Kei Kamara, nouvellement acquis du Crew, avait fait mal avec les deux premiers buts du match. Michael Salazar (deux fois) et Nacho Piatti avaient permis à l'Impact de l'emporter. Depuis, Montréal s'est enlisé dans un festival de matchs nuls, mais a mieux étudié le comportement de Kamara à Columbus. 

« Ils jouent avec deux attaquants dans un losange qui va aller pousser très haut. Il faut être prêt pour ça », lance Biello.

Avec 6 matchs à la saison, l'Impact occupe le 5e rang dans l'Est avec 38 points. Leurs partisans attendent un premier gain à domicile depuis le 6 août. Le Revolution, qui se remet d'une défaite contre Dallas mardi en finale du Championnat américain, est 7e. Les six premiers clubs accèdent aux séries.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!