NOUVELLES
15/09/2016 09:56 EDT

Essai routier Toyota Corolla S 2016: activité père-fils (PHOTOS)

EcoloAuto.com

Certaines voitures ont la réputation coriace. On les aime, ou pas, et leur style de conduite est souvent critiqué. Au sommet de ce palmarès siège, sans aucun doute, la Toyota Corolla. Berline vendue depuis des années au pays, elle est quand même, dans le langage populaire, synonyme de conduite peu stimulante. En termes clairs, quand on parle d’une voiture « plate à conduire », on aura trop souvent le nom Corolla en tête.

Une situation que les dirigeants de Toyota connaissent fort bien, et contre laquelle ils essaient de lutter sans cesse. La preuve, la nouvelle Corolla a délaissé sa silhouette ennuyeuse et générique et affiche désormais une allure plus moderne et plus racée. Tellement en fait que les amateurs des anciennes générations ne la reconnaissent plus. On est bien loin de cette Corolla de couleur or avec intérieur beige qui atteignait tous les sommets de l’ennui.

Cette nouvelle personnalité, nous avons décidé de la tester autrement. Comment? En faisant appel à un jeune adulte, mon fils de 17 ans, nouveau titulaire d’un permis de conduire, propriétaire d’une compacte concurrente de l’année 2004 et surtout, depuis des années, passager des différentes voitures que son père, chroniqueur automobile, teste chaque semaine.

Galerie photo Toyota Corolla S 2016 Voyez les images

Voici donc l’essai père-fils de la Toyota Corolla S 2016. Aux fins d’une meilleure compréhension, il importe de préciser que la voiture est une version S à boîte automatique, affichant les principales options de base de la voiture.

Sous le capot, un moteur 4 cylindres de 1,8 litre développant 132 chevaux et 128 livres-pied de couple, ce qui la place tout à fait dans la fourchette de puissance de ses concurrentes.

LIRE AUSSI:

» La Toyota Corolla est la voiture la plus vendue au monde

L’avis du fiston

Premier constat, fiston a aimé la puissance de la petite Corolla. Lui dont la voiture développe quelque 20 chevaux de moins, il a surtout apprécié le fait que la petite voiture se plaçait à vitesse d’autoroute avec aisance. Et puisque la Toyota Corolla était totalement neuve, donc sans bruit de craquement et dotée d’une insonorisation de meilleure qualité, il avait un peu de difficulté à juger de sa vitesse uniquement aux sensations.

« Mes entrées sur autoroute se faisaient avec beaucoup d’aisance, et beaucoup plus rapidement. Je me devais cependant de vérifier ma vitesse de croisière, parce que j’avais tendance à dépasser les limites rapidement. Je suis conscient que ce n’est pas une voiture de course, mais pour le peu d’accélération dont j’ai réellement besoin dans la vie de tous les jours, la Corolla ne m’a pas déçu », a-t-il expliqué.

Il a aussi aimé la précision des freins, mais aurait aimé une direction un peu plus précise. « C’est un peu comme si le volant de ma voiture avait été transplanté sur une voiture plus moderne. Rien de grave, mais on ressentait moins la conduite. »

Quant au côté cool de la voiture, il l’a bien apprécié, ce qui risque d’étonner les puristes. « La Toyota Corolla S a un petit look plus moderne, avec ses phares pointus et ses lignes plus carrées. Sérieusement, j’ai reçu beaucoup de compliments de mes amis étudiants. Mais j’ai aussi reçu beaucoup de demandes de transport. Je suis devenu celui qui rendait des services. »

L’espace intérieur n’a jamais été un problème, même si cinq personnes ont pris place à bord assez souvent et fiston a bien apprécié la qualité du système audio. « Disons simplement que cela m’a permis d’écouter la musique de mon téléphone intelligent à un niveau que je n’oserais même pas essayer dans ma voiture de tous les jours. »

L’essai de papa

Avec près d’une centaine d’essais de voitures par année, mes exigences de papa chroniqueur sont évidemment plus hautes. Mais elles rejoignent malgré tout le jugement de fiston.

Ainsi, difficile de ne pas remarquer l’effort consenti au changement de silhouette de la Corolla depuis quelques années. L’affirmation est d’autant plus véridique qu’elle s’adresse ici au modèle S, le plus sportif de la gamme. Il est vrai que les mots sportifs et Corolla se côtoient difficilement dans une même phrase, mais la S dispose de quelques éléments aérodynamiques supplémentaires qui lui permettent de se distinguer des autres modèles de la marque.

Il faut aussi y ajouter un volant gainé de cuir et quelques considérations intérieures, et vous aurez toute la nuance entre la S et les autres, car du point de vue mécanique rien ne change. Une mécanique qui, d’ailleurs, est surtout réputée pour sa grande fiabilité plutôt que pour sa sportivité. On peut comprendre que fiston ait apprécié la différence, ce qui serait probablement le cas de la plupart des conducteurs, mais si les accélérations sont franches, elles sont limitées et s’essoufflent rapidement. Bien que, le constat est exact, la voiture accède aux vitesses permises sans trop de difficulté.

La grande faiblesse de cette Toyota Corolla, en fait, c’est son manque d’émotions en conduite. La direction est précise, mais ne transmet que fort peu d’information au conducteur. La boîte de vitesse automatique est aussi un peu lente en réaction, bien qu’elle agisse avec assez d’efficacité pour réduire la consommation. Car la faible consommation fait aussi partie des qualités de cette incontournable Toyota Corolla.

Précisons qu’une version avec une boîte manuelle 6 vitesses est aussi au menu. Quant aux options offertes, elles sont assez limitées. Il est vrai qu’un écran de bonne dimension permet de gérer les applications et le système de son de la voiture, mais sans plus. En termes simples, il ne sort pas du lot. Vous pouvez en revanche ajouter un toit ouvrant de bonne dimension qui rend l’éclairage dans la cabine un peu plus convivial.

Conclusion

Il y a bien peu à dire contre une Toyota Corolla. Pour Fiston, elle s’est avérée une compagne qui a dépassé ses attentes, bien qu’il ait trouvé la direction parfois un peu trop molle. Mais au final, « c’est une auto qui m’a surpris. En fait, elle fera probablement partie des voitures que je considérerai quand viendra le temps de m’acheter une première voiture neuve », a-t-il expliqué.

Une position que partage aussi le papa chroniqueur. La Toyota Corolla est fiable, jolie, différente. Il est vrai qu’elle n’est pas la plus exaltante du lot, tant s’en faut, mais comme voiture urbaine, elle est encore difficile à battre dans son créneau.

Source: EcoloAuto.com

Voir aussi: