NOUVELLES
14/09/2016 03:46 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:12 EDT

Visite du Premier ministre chinois Li Keqiang à Cuba et au Canada

Le Premier ministre chinois Li Keqiang effectuera prochainement une visite au Canada, avant de se rendre à Cuba pour renforcer les relations entre deux des derniers Etats officiellement communistes du monde, a annoncé mercredi le gouvernement chinois, quelques mois après un voyage historique du président américain Barack Obama dans l'île.

M. Li discutera à Cuba des "moyens d'approfondir les relations bilatérales et l'amitié traditionnelle" entre Pékin et La Havane, a indiqué le vice-ministre des Affaires étrangères Wang Chao.

Il n'a fourni aucune date précise pour ce voyage, mais a précisé qu'il interviendrait après la venue de M. Li à New York pour la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, qui débute ce week-end.

Le président chinois Xi Jinping avait déjà visité Cuba en 2014, mais aucun Premier ministre de la République populaire ne s'était encore rendu dans l'île caribéenne depuis l'établissement de relations diplomatiques entre les deux pays il y a 56 ans.

Cuba et les Etats-Unis, ennemis de la Guerre froide, avaient annoncé leur rapprochement en décembre 2014, avant de rétablir leurs relations diplomatiques en juillet 2015. Des responsables des deux pays se sont rencontrés en début de semaine pour discuter d'épineux problèmes économiques persistants.

Wang Chao a cependant insisté sur le fait que Pékin ne voyait pas la normalisation des relations américano-cubaines comme une menace. Il a estimé que la Chine pourrait en profiter, et a contrario qu'une coopération accrue de Cuba avec la Chine "profiterait à ses coopérations avec d'autres pays... et à la croissance mondiale".

Avant de se rendre à Cuba, Li Keqiang effectuera par ailleurs une visite au Canada, deux semaines après un voyage très médiatisé de son charismatique homologue canadien, Justin Trudeau, en Chine.

Ottawa avait, à cette occasion, fait état de son intention de rejoindre la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), une banque de développement créée par la Chine mais décriée par Washington. La démarche canadienne avait été largement applaudie par la presse chinoise.

rld-jug/bar/at