NOUVELLES
14/09/2016 03:54 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:12 EDT

Migrations: Sofia demande l'aide financière "immédiate" de l'UE

Le Premier ministre bulgare Boïko Borissov a demandé mercredi à l'Union européenne d'octroyer "immédiatement" à son pays une aide financière de 160 millions d'euros pour mieux sécuriser sa frontière avec la Turquie, sous pression migratoire.

"Je veux plus que des paroles de solidarité. Au sommet de Bratislava (vendredi) j'insisterai pour que soient immédiatement octroyés 160 millions d'euros pour la protection" de la frontière extérieure de l'UE, a déclaré M. Borissov lors d'une visite à la frontière bulgaro-turque, avec son homologue hongrois Viktor Orban.

Une aide européenne lui semble d'ores et déjà acquise puisque le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a annoncé mercredi "le déploiement dès le mois d'octobre d'au moins 200 gardes-frontières et 50 véhicules supplémentaires aux frontières extérieures de la Bulgarie".

La Bulgarie se plaint de faire face à une augmentation du nombre de demandeurs d'asile bloqués sur son territoire depuis le durcissement des conditions de passage à la frontière serbo-hongroise en juillet. Quelque 13.000 migrants ont été enregistrés depuis le début de l'année en Bulgarie, leur nombre ayant doublé en août par rapport à juin et juillet, selon les autorités qui soulignent que les camps d'accueil sont saturés.

A son côté, Viktor Orban, opposé à l'accueil de réfugiés dans son pays, a reproché à l'Union européenne la "naïveté bienveillante de sa politique migratoire". Dimanche, il avait qualifié de "nihilistes" plusieurs dirigeants européens.

Comme la Hongrie l'a fait aux frontières serbes et croates, la Bulgarie a équipé sa frontière avec la Turquie d'une clôture barbelée qui devrait prochainement couvrir la plus grande partie des 259 kilomètres communs aux deux pays.

Les Premiers ministres hongrois et bulgare retrouveront vendredi à Bratislava les dirigeants des autres pays de l'UE, sans le Royaume-Uni, pour évoquer lors d'un sommet l'avenir du projet européen après le Brexit.

vs/smk/prh