NOUVELLES
14/09/2016 04:41 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:12 EDT

Le plan de la Commission pour relancer l'UE

Sécurité, défense, croissance, numérique: la Commission européenne a dévoilé mercredi son plan d'attaque pour sortir l'Europe de sa crise existentielle, composé d'une série de réformes pour convaincre les Européens de l'utilité de l'UE.

Son président, Jean-Claude Juncker, a livré sa feuille de route devant le Parlement européen à Strasbourg, à l'occasion de son discours annuel sur l'état de l'Union.

Sécurité

M. Juncker a appelé mercredi à la mise en oeuvre rapide du nouveau corps européen de gardes-frontières, qui doit remplacer l'agence Frontex. La protection des frontières extérieures de l'Union, jugées trop poreuses, a été érigée au rang de priorité ces derniers mois.

"Je veux voir le déploiement dès le mois d'octobre d'au moins 200 gardes-frontières et 50 véhicules supplémentaires aux frontières extérieures de la Bulgarie" avec la Turquie, a-t-il d'ores et déjà demandé.

Après une année marquée par le terrorisme, il a aussi annoncé qu'un texte législatif serait sur la table d'ici novembre pour créer un système européen d'informations de voyage, comparable au dispositif ESTA existant aux Etats-Unis.

Il permettrait selon la Commission d'avoir plus d'informations sur les voyageurs de pays tiers n'ayant pas besoin de visas pour entrer dans l'espace Schengen, et d'évaluer avant leur arrivée des risques potentiels.

Défense

M. Juncker a plaidé pour des ressources militaires communes entre pays de l'UE, "qui dans certains cas relèveront de l'Union en pleine complémentarité avec l'Otan".

Il a aussi proposé que l'Europe se dote "d'un quartier-général unique au sein de l'UE" et annoncé une proposition "avant la fin de l'année" de créer "un fonds européen de la défense" pour "stimuler activement la recherche et l'innovation" dans l'industrie de la défense.

La relance de la défense européenne est l'un des grands projets sur lesquels les Etats membres tentent de s'entendre, depuis le départ annoncé des Britanniques.

Croissance

Le président de la Commission veut doubler la capacité financière du plan d'investissement qui porte son nom, lancé en 2014 pour stimuler la croissance et l'emploi. A l'horizon 2022, le fonds pourra "atteindre 630 milliards d'euros", a-t-il dit mercredi.

Ce fonds, financé par le budget européen et la Banque européenne d'investissement à hauteur de 21 milliards d'euros, doit attirer des investisseurs privés souhaitant financer des projets dans différents secteurs d'activité.

En reprenant ce même modèle, M. Juncker a annoncé le lancement d'un nouveau fonds, destiné cette fois à l'Afrique et aux pays voisins. L'objectif est d'y créer à la fois des opportunités pour les Européens et de s'attaquer à l'une des causes profondes des migrations économiques depuis ces pays vers l'Europe.

Ce plan d'investissement extérieur a le potentiel de lever 44 milliards d'euros selon M. Juncker, et "jusqu'à 88 milliards d'euros si les Etats membres y contribuent".

Télécoms

L'exécutif européen a dévoilé une proposition de réforme des marchés des télécoms européens, rendue nécessaire après la révolution numérique, faisant valoir les énormes possibilités d'emplois qu'ils représentent.

Il veut notamment stimuler l'investissement dans le haut débit pour préparer l'UE à la 5e génération de téléphonie mobile (5G) --dont le lancement commercial mondial aura lieu en 2020-- et rester compétitif face aux USA et l'Asie.

Devant le Parlement, M. Juncker a fixé l'objectif "d'équiper chaque village et chaque ville d'Europe d'un accès in?ternet sans fil gratuit autour des principaux centres de la vie publique d'ici à 2020".

Droits d'auteur

La réforme présentée mercredi était aussi attendue que crainte par les milieux artistiques et audiovisuels.

L'exécutif européen propose notamment de faire tomber le principe de territorialité des droits d'auteurs pour les contenus en ligne des chaînes de télévision. Il s'agit de faciliter la diffusion dans toute l'UE de contenus qui sont aujourd'hui généralement accessibles seulement dans le pays d'origine d'une chaîne.

La Commission propose une mesure qui réjouit les grands éditeurs de presse: la possibilité de réclamer des droits sur les articles mis en ligne et utilisés par des sites comme Google News ou Facebook, qui en tirent indirectement des revenus publicitaires.

Jeunesse

La Commission propose de créer un "corps européen de solidarité" qui pourrait compter "100.000 jeunes dès 2020". Il permettrait à de jeunes Européens d'étoffer leurs compétences tout en bénéficiant d'une "expérience humaine inestimable", a plaidé M. Juncker.

cds/clp/agr/ger