NOUVELLES
14/09/2016 07:23 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:12 EDT

Hausse de 5,9 % de la valeur foncière à Montréal

La valeur foncière des résidences, des commerces, des bâtiments industriels et institutionnels de l'agglomération de Montréal a augmenté de 5,9 % par rapport au précédent rôle d'évaluation présenté il y a trois ans.

Le nouveau rôle d'évaluation foncière pour les années 2017-2018-2019 présenté mercredi confirme ainsi que la croissance de la valeur foncière se poursuit, mais à un rythme beaucoup plus faible que lors des dernières années.

De l'aveu même de la Ville, il s'agit de « la plus faible hausse de valeurs liées à la progression du marché observée depuis le début des années 2000 ».

Au total, la valeur des 500 000 unités d'évaluation prises en compte atteint 326,8 milliards de dollars, soit 30,2 milliards de plus que lors du rôle 2014-2015-2016. Cela s'explique à la fois par l'ajout de nouveaux bâtiments et par les améliorations apportées à ceux déjà existants.

La catégorie des immeubles de 6 logements ou plus est celle qui connaît la plus forte croissance, avec une hausse de 13,2 % par rapport au précédent rôle. La valeur des condos est celle qui a crû le plus faiblement, avec 2,2 %.

C'est dans les arrondissements de Rosemont-La-Petite-Patrie-Villeray et de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension que les valeurs foncières ont le plus augmenté, avec des hausses de 9,3 % et 8,3 % respectivement.

Les arrondissements d'Anjou et de Saint-Léonard sont à l'inverse ceux où ces valeurs ont augmenté le plus faiblement, avec des progressions de 3,7 % et 3 %.

La hausse de taxe sera étalée dans le temps, promet Desrochers

Dans un communiqué, le président du comité exécutif et responsable des finances et de l'évaluation foncière, Pierre Desrochers, a fait savoir que l'administration Coderre va proposer au conseil municipal d'étaler la variation des valeurs foncières sur la durée du rôle, soit en 2017-2018-2019.

M. Desrochers se félicite des « éléments très positifs » dans ce nouveau rôle. Le parc immobilier croit à un rythme soutenu, et 25 000 nouvelles unités d'évaluation se sont ajoutées aux rôles, observe-t-il entre autres.

Selon lui, la stabilisation relative des valeurs immobilières, à laquelle contribue un rééquilibrage de l'offre et de la demande, permet de maintenir l'accessibilité à la propriété sur l'île et d'éviter des flambées des prix de logements comme en connaissent Vancouver et Toronto.