NOUVELLES
14/09/2016 02:46 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:12 EDT

Amesty et l'ACLU s'apprêtent à lancer une pétition en faveur de Snowden

Amnesty International et l'ACLU, la puissante association américaine de défense des libertés civiles, s'apprêtent à lancer une pétition internationale pour réclamer au président Barack Obama d'accorder son pardon au lanceur d'alerte Edward Snowden.

"Nous allons lancer une vaste campagne de signatures à travers le monde pour obtenir que des personnalités et des organisations de premier plan se joignent à notre appel au président Obama de pardonner à Snowden", a déclaré l'avocat de Snowden, Ben Wizner, au magazine en ligne Motherboard.

Des propos qui n'ont pas été démentis par Amnesty International, interrogé à Londres.

M. Wizner, qui est membre de l'ACLU, a précisé que la pétition serait présentée mercredi après-midi à New York.

Mardi, The Guardian avait diffusé une courte interview vidéo d'Edward Snowden, dans laquelle l'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) appelle Barack Obama à lui accorder son pardon avant de quitter ses fonctions en janvier 2017.

"Oui, il y a des lois qui disent certaines choses mais c'est peut-être la raison pour laquelle il existe le pardon -pour les exceptions, pour les choses qui semblent illégales à la lecture mais qui, si on les regarde d'un point de vue moral, éthique (...) apparaissent comme nécessaires, vitales", y déclare celui qui a dévoilé en 2013 l'ampleur du réseau d'espionnage électronique américain.

"Lorsque les gens regardent les bénéfices, il est clair que depuis 2013 les lois de notre pays ont changé", ajoute-t-il.

En juillet, la Maison Blanche avait opposé une fin de non recevoir à une première pétition qui avait rassemblé plus de 160.000 signatures pour réclamer le pardon sans condition pour Snowden.

Edward Snowden "devrait rentrer aux Etats-Unis, pour y être jugé par ses pairs et non pas se cacher derrière un régime autoritaire. Pour l'heure, il fuit les conséquences de ses actes", avait déclaré Lisa Monaco, la conseillère du président Obama en matière de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme.

Inculpé pour espionnage aux Etats-Unis, l'informaticien, qui s'est réfugié en Russie, risque jusqu'à 30 ans de prison dans son pays.

Il a volé de très nombreux documents secrets lors de son passage au sein de la NSA, l'une des agences de renseignements les plus secrètes des Etats-Unis, spécialisée dans l'interception des communications électroniques.

Le réalisateur Oliver Stone, dont le film "Snowden" a été projeté en première mondiale samedi à Toronto, a espéré que Barack Obama change d'avis.

oaa/eg/rap