POLITIQUE
12/09/2016 03:25 EDT | Actualisé 12/09/2016 05:23 EDT

Entente avec Uber: les chauffeurs de taxi décideront mardi des moyens de pression (VIDÉO)

QUÉBEC ― Les représentants de l'industrie du taxi se rencontreront mardi matin à Montréal pour convenir d'une riposte concertée au projet pilote d'Uber accepté la semaine dernière par le gouvernement Couillard.

C'est ce qu'a fait savoir le porte-parole du Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi (CPCDIT), Guy Chevrette, lundi, au sortir d'une rencontre jugée décevante avec le ministre des Transports, Laurent Lessard.

Les regroupements de chauffeurs condamnent presque unanimement l'entente avec Uber, mais ils ne s'entendent pas sur la marche à suivre, les moyens de pression à entreprendre.

Des actions pourraient être posées avant la fin de la semaine, a indiqué M. Chevrette, qui a évoqué des poursuites judiciaires qui seront déposées.

"C'est évident pour lui (le ministre), tout est légal, malgré toutes les preuves qu'on lui donne, a déclaré M. Chevrette en point de presse dans le hall de l'Assemblée nationale. Ils pensent qu'ils ont la vérité. Ils considèrent qu'Uber oeuvre dans la légalité présentement. C'est discriminatoire, inéquitable."

Le CPCDIT soutient notamment qu'en vertu de la nouvelle loi, le promoteur d'un projet pilote doit avoir un permis d'intermédiaire, ce qu'Uber n'a pas. Et par ailleurs, le projet pilote n'est pas encore en vigueur, mais les chauffeurs d'Uber poursuivent néanmoins leurs activités illégales.

M. Chevrette prétend que M. Lessard a simplement réalisé une commande du cabinet du premier ministre et que c'est Philippe Couillard, au fond, qui tire les ficelles.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Manifestation de taxis contre Uber (9 février 2016) Voyez les images