NOUVELLES
10/09/2016 01:33 EDT | Actualisé 11/09/2017 01:12 EDT

Syrie: l'opposition espère que l'accord russo-américain permettra "la fin du supplice des civils"

L'opposition syrienne a dit espérer samedi que l'accord russo-américain de trêve marquera "le début de la fin du supplice des civils" dans le pays ravagé par la guerre depuis cinq ans.

Dans un communiqué, Bassma Kodmani, membre du Haut comité des négociations (HCN), qui rassemble les principaux représentants de l'opposition et de la rébellion syriennes a exprimé l'espoir que l'accord sera "le début de la fin du supplice des civils".

"Qu'en serait-il si la Russie ne met pas de la pression sur le régime (de Bachar al-Assad), car c'est le seul moyen de forcer le régime à respecter (la trêve)"? a demandé Mme Kodmani.

"Nous sommes dans l'expectative", a-t-elle ajouté.

L'accord annoncé vendredi par les chefs de la diplomatie américain et russe porte sur une trêve qui doit débuter lundi dans le pays et devrait déboucher sur une coopération militaire inédite contre les jihadistes, notamment le groupe Etat islamique (EI) mais aussi le Front Fateh al-Cham, (ex-front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda).

L'application de ce volet de l'accord sera compliqué du fait que Fateh al-Cham est allié avec l'opposition armée soutenue par les Américains. Washington a souvent accusé les Russes de bombarder sans distinction rebelles et Fateh al-Cham.

Interrogée si l'opposition armée prendra ces distances avec ces jihadistes, Mme Kodmani a rappelé que lors d'un premier accord russo-américain de trêve en février "nos groupes ont respecté (le cessez-le-feu) et les extrémistes ont été marginalisés", mais que depuis rebelles et jihadistes "s'étaient retrouvés tous les deux assiégés" par le régime.

"La question clé est de mettre fin à la stratégie d'Assad d'encerclement de régions entières", a précisé l'opposante, en référence au siège de nombreuses villes et localités par les troupes loyalistes de zones rebelles, notamment la partie est d'Alep, deuxième ville de Syrie.

"Les groupes modérés se réorganiseront et prendront leur distance des groupes radicaux.

ram/hj