NOUVELLES
10/09/2016 07:51 EDT | Actualisé 13/09/2016 03:51 EDT

Manque de financement chez Maison Oxygène: Témoignage bouleversant d'un père qui a voulu s'enlever la vie et amener sa fille

Bernard Bazouamon avait tout, un travail, un salaire décent, la santé, une famille, deux grands garçons. À 55 ans, le destin frappe en lui amenant une petite fille, la plus belle surprise de sa vie.

Une blessure l'empêche de reprendre le travail, il se retrouve sans salaire, avec la garde de sa fille. La vie bascule, les difficultés arrivent, il doit emprunter pour payer son loyer, pour se déplacer, pour manger, pour vivre.

Un certain 11 septembre, il amène sa fille chez sa mère quelques heures. Le téléphone sonne, il répond.

«Papa, maman me dit que tu ne vas plus jamais me revoir» dit-elle. Tout se bouscule dans sa tête, les troubles psychologiques de la mère de Katia, ses tendances suicidaires, Bernard panique, se culpabilise, pense au pire. Le pire des scénarios.

Pendant la plus longue seconde de sa vie, il se dit qu'il va s'enlever la vie aussi. «Tant qu'à la perdre, on part tous les trois, dans ma tête, je bousillais tout le monde, moi, elle et ma fille. Ils m'ont évité l'irréparable» dit-il encore sous l'émotion.

«Ils» se sont les gens qui l'ont aider à la Maison Oxygène de Montréal, une ressource d’hébergement et de soutien communautaire pour les pères vivant des difficultés personnelles, familiales ou conjugales.

S'il accepte de nous raconter son histoire, c'est pour aider les autres pères à aller demander de l'aide. D'autant plus que les Maisons Oxygènes sont en manque de financement. Sur les quatre au Québec, celle en Estrie menace de fermer.

Une ressource essentielle pour les hommes en difficultés, selon le directeur Manuel Prats.

L'histoire de Bernard Bazouamon en témoigne.

Pour en savoir plus: Maison Oxygène

Galerie photo De touchantes illustrations du lien entre un père et sa fille Voyez les images