NOUVELLES
10/09/2016 10:58 EDT | Actualisé 11/09/2017 01:12 EDT

Angleterre - Manchester City et Guardiola s'offrent le derby contre United et Mourinho

La première manche est pour Pep Guardiola: Manchester City a battu sans réellement trembler le Manchester United de son rival José Mourinho (2-1) samedi, lors du derby mancunien tant attendu de la 4e journée du Championnat d'Angleterre.

A Old Trafford, les "Citizens" ont été dominateurs au milieu du terrain, avec un De Bruyne exceptionnel, et prennent seuls la tête de la Premier League avec quatre victoires en autant de journées, en attendant le déplacement de Chelsea à Swansea dimanche.

Guardiola a déjà posé son empreinte sur Manchester. Face à son voisin honni après des années d'affrontements en Espagne, le Catalan a été fidèle à son obsession: la possession (65% en première période, 60% au final).

"Jusqu'à mon dernier jour en Angleterre j'essaierai d'avoir le plus possible le ballon. Je sais que c'est impossible pendant 90 minutes, mais je suis désolé, ce n'est pas négociable", a commenté Guardiola après le match, sur la BBC.

De son côté, le Portugais s'est fourvoyé dans un schéma tactique calamiteux. Il avait décidé d'aligner Mkhitaryan et Lingard. Rien n'a marché et l'entraîneur a sorti les deux joueurs à la mi-temps.

"Certains ne m'ont pas donné ce que j'attendais. C'est ma faute, c'est moi qui les ai choisis", a commenté "Mou" au micro de SkySports.

- Calamity Bravo -

United a coulé au milieu, où les De Bruyne, Silva et Fernandinho ont été étincelants, tout comme le défenseur Otamendi, qui a régalé de ses relances.

Logiquement, le Belge a ouvert le score pour City (15). Sur une longue ouverture de Kolarov, Iheanacho déviait de la tête et De Bruyne alignait tranquillement De Gea.

Vingt minutes plus tard, De Bruyne crochetait toute la défense et envoyait une frappe sur le poteau... qui rebondissait dans les pieds d'Iheanacho. Le jeune remplaçant d'Agüero (suspendu) fusillait De Gea pour le 2-0 (36).

Heureusement pour Fellaini et Pogba, dépassés en première période, MU parvenait à réduire la marque par Ibrahimovic, suite à une erreur du gardien Claudio Bravo (42).

United peut d'ailleurs remercier le Chilien, titularisé pour la première fois depuis son arrivée du Barça.

En multipliant les boulettes, il a réalisé a empêché à plusieurs reprises les siens de jouer sereinement. Il aurait même pu coûter un penalty en taclant violemment Rooney, suite à un ballon perdu!

- Accolade -

Si les débats se sont un peu équilibrés en deuxième période, Pogba et les siens n'ont guère été plus dangereux. Hormis deux remontées tranchantes, le joueur le plus cher de l'histoire s'est retrouvé prisonnier des "Sky Blues".

Pour les managers rivaux, tous deux arrivés à Manchester cet été, le match a été relativement calme sur les bancs. Les deux hommes se sont même autorisé une accolade au coup de sifflet final.

Seul le Catalan, qui compte maintenant 8 victoires en 17 oppositions face à son ennemi (3 succès pour Mourinho et 6 nuls), a craqué, sans réelle conséquence, en refusant de donner un ballon à Rooney sur une touche.

De son côté, Tottenham s'est offert un festin de buts à Stoke (4-0), tandis que son voisin Arsenal a arraché un succès un peu inespéré contre Southampton, grâce à un penalty dans le temps additionnel (2-1).

Après 40 minutes médiocres, les "Spurs", désormais 4e (8 pts), se sont régalés. Son Heung-min (41, 56), auteur d'un doublé, Alli (59) puis Kane (70) ont trouvé le chemin des filets.

Cela a été beaucoup moins facile pour Arsenal. Les "Gunners", en manque de rythme, l'ont emporté grâce à un penalty de Cazorla (90+4). Avant cela, Koscielny avait égalisé pour Arsenal grâce à un superbe retourné acrobatique (29).

La surprise du jour est venue de Watford. Menés de deux buts par West Ham, deux centres de Payet repris par Antonio (5, 33), les "Hornets" ont renversé les Londoniens (4-2) pour enregistrer leur première victoire.

En fin de journée, Liverpool, auteur d'un début de saison médiocre, s'est relancé en battant facilement Leicester (4-1), le champion en titre.

Dans un Anfield doté d'une nouvelle tribune principale, les "Reds" ont dominé des "Foxes" pas très méchants grâce notamment à un doublé de Firminio (13, 89).

mam/jcp