Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Alouettes encaissent un troisième revers de suite, 38-27 contre les Lions

Jeremiah Johnson a marqué son retour dans la formation en inscrivant trois touchés au sol pour mener les Lions de la Colombie-Britannique vers un gain de 38-27 contre les Alouettes de Montréal, vendredi.

Le quart des Alouettes, Rakeem Cato, a obtenu le départ, mais c'est Johnson qui a volé la vedette, lui qui a remplacé Anthony Allen comme porteur de ballon des Lions. Il a amassé 158 verges au sol, un sommet dans la LCF cette saison.

Johnson n'a pas mis de temps à se mettre en marche, effectuant une course de 23 verges à sa première tentative. Deux jeux plus tard, le quart des Lions, Jon Jennings, a rejoint Emmanuel Arceneaux sur 25 verges pour le majeur.

Lors de leur deuxième possession, les Lions ont ajouté un autre touché, grâce à une course de 12 verges de Johnson. Les locaux ont fait un copier-coller à leur séquence suivante, mais cette fois, Johnson a parcouru la seule verge qui le séparait de la zone des buts.

En retard 21-3, les Alouettes ont orchestré une bonne série à l'attaque, mais les Montréalais ont dû se contenter d'un placement d'Anthony Fera.

C'est la défense qui leur a procuré une étincelle en deuxième demie. Le secondeur Chip Cox a récupéré un échappé du receveur des Lions Geraldo Boldewijn et il a détalé sur une distance de 58 verges pour inscrire un touché et réduire l'écart à 24-13.

Dès la série à l'attaque suivante des Lions, Travis Lulay a franchi une verge pour redonner une confortable avance à sa formation.

Les visiteurs ont connu d'autres bons moments, notamment grâce à des attrapés spectaculaires des receveurs Duron Carter et B.J. Cunningham, mais ce fut trop peu trop tard.

Grâce à ce gain, les Lions ont porté à 8-3 leur fiche, surpassant du même coup leur total de victoires de la saison dernière. Les Alouttes (3-8) ont pour leur part encaissé un troisième revers de suite et l'équipe affrontera maintenant les Tiger-Cats de Hamilton.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.