NOUVELLES
09/09/2016 06:34 EDT

Procès de Richard Bain: la Couronne réclame 25 ans de prison ferme

MONTRÉAL _ La Couronne a réclamé vendredi 25 ans de prison ferme pour Richard Henry Bain, l'auteur de l'attentat du Métropolis.

À l'ouverture, vendredi, des audiences sur la peine à imposer, le procureur Dennis Galiatsatos a plaidé que les crimes commis par l'inculpé étaient abominables et répugnants, et que Bain, qui a eu 66 ans jeudi, devrait purger une peine de 25 ans de prison avant d'être admissible à une libération conditionnelle.

Le chef d'accusation de meurtre non prémédité est passible d'une peine d'emprisonnement à vie avec possibilité de libération conditionnelle après 10 à 25 ans _ c'est au juge d'en décider.

La défense a déjà indiqué qu'elle recommanderait au juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, la peine minimale de 10 ans de prison avant d'être admissible à une libération conditionnelle. Il s'agit de la même peine prononcée contre l'ex-caporal Denis Lortie, qui avait tué trois employés du gouvernement et blessé 13 autres personnes au cours d'une fusillade à l'Assemblée nationale en 1984.

L'avocat de la défense, Alan Guttman, soutient que les deux affaires sont comparables _ un mobile politique et un trouble mental présumé.

Bain a été reconnu coupable de meurtre non prémédité par un jury, le mois dernier, relativement à la mort du technicien de scène Denis Blanchette lors de l'attentat survenu au Métropolis, à Montréal, le soir des élections provinciales de septembre 2012. Bain a également été reconnu coupable de trois chefs de tentative de meurtre.

Au terme de onze jours de délibérations, le jury n'a pas retenu la thèse de la défense, qui plaidait la non-responsabilité criminelle pour cause de trouble mental.

L'attentat s'est produit le 4 septembre 2012, alors que la première ministre élue, Pauline Marois, prononçait un discours devant ses partisans dans la salle de spectacles montréalaise.

Le juge Cournoyer a par ailleurs admis, vendredi, qu'il avait oublié de demander aux jurés leur suggestion de peine, lorsqu'ils ont prononcé leurs verdicts le 23 août.

La Couronne devait appeler cinq témoins à la barre vendredi, et la défense aucun. Bain doit prendre ensuite la parole avant de connaître sa peine.