Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Quand ce kayakiste croise des orques... il nage avec elles (VIDÉO)

Et vous, que feriez-vous si vous tombiez nez-à-nez avec une bande d'orques au détour d'une virée en kayak? Cette question, Tim Stewart n'a mis que quelques secondes à y répondre, décidant de plonger avec les majestueux prédateurs pour une séquence aussi poétique qu'impressionnante, comme le montre notre vidéo en tête d'article.

Les images ont été tournées par Sam Kynman-Cole, un photographe et amateur de drones installé à Army Bay, non loin d'Auckland en Nouvelle-Zélande. Habitué à guetter les mammifères marins, dauphins, baleines et orques notamment, il a expliqué être souvent rentré bredouille de ses tentatives de prise de vue. Alors, quand il a eu la surprise de découvrir Tim Stewart navigant au milieu du banc de cétacés, il n'a pas hésité un instant.

Le kayakiste, lui, a déjà vécu ce genre de rencontres lors de sorties en mer, avec des dauphins, notamment. Celle avec les orques, en revanche, l'homme avoue l'avoir provoquée : après avoir entendu parler de la présence d'un groupe d'animaux non loin de l'endroit où il vit, il raconte s'être précipité à l'eau. «Quand j'ai vu la première, je n'ai pas eu peur. Et puis j'en ai vu une autre juste en dessous de moi qui a plongé avant de remonter avec la bouche ouverte dans ma direction», explique-t-il au New-Zealand Herald.

Un animal pas considéré comme dangereux pour l'homme

«Je me suis dit : elles veulent juste jouer, mais j'espère qu'elles ne vont pas m'entraîner vers le fond juste pour s'amuser», plaisante Tim Stewart. «Cela montre juste que les animaux aiment le contact avec les humains, qu'ils peuvent l'apprécier sans être effrayés ni paniqués. C'est un moment qui m'a ouvert les yeux.» Une chose est sûre : le kayakiste devrait se souvenir longtemps de sa virée dans les eaux d'Army Bay.

Pour autant, Tim Stewart a-t-il eu raison de tenter une baignade en compagnie d'un groupe d'animaux carnivores et pesant plusieurs tonnes? Dans son milieu naturel, l'orque n'est pas généralement vue comme un prédateur pour l'homme, ni même comme un animal dangereux.

Parce qu'elle ne considère pas l'être humain comme une source de nourriture ou un danger potentiel, les attaques sont rarissimes. Reste que se sentant menacées, comme l'explique Tim Stewart lui-même, dans une tentative maladroite de jeu, l'homme aurait pu avoir une mauvaise surprise.

La vidéo intégrale de Sam Kynman-Cole :

INOLTRE SU HUFFPOST

Des bébés animaux et leur maman

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.