Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

De 45 à 50 millions pour corriger les ratés du système de paye fédéral Phénix

Les problèmes liés au système de paye Phénix coûtent de plus en plus cher au gouvernement canadien.

Ils sont maintenant évalués entre 45 et 50 millions de dollars. La facture était évaluée à 15 millions de dollars en juillet.

L'augmentation est due, entre autres, à l'embauche d'experts dans les bureaux satellites temporaires créés pour gérer des dizaines de milliers de cas problématiques, à de la formation supplémentaire aux employés responsables de la paye et à de l'appui aux ministères.

Six millions de dollars supplémentaires ont aussi été versés à l'entreprise IBM, qui a conçu le logiciel.

Une somme justifiée qui s'ajoute au contrat initial, selon la sous-ministre de Services publics et Approvisionnement Canada, Marie Lemay.

6 M $ de plus au concepteur de Phénix: c'est justifié dit Marie Lemay la responsable du système de paye pic.twitter.com/CSY7daycHj

- ICI Ottawa Gatineau (@iciottgat) 7 septembre 2016

Une autre augmentation des coûts à prévoir

Les coûts liés au système Phénix pourraient encore augmenter.

La somme de 45 à 50 millions de dollars dévoilée mercredi n'inclut pas les indemnités que vont toucher certains fonctionnaires incapables de s'acquitter de leurs obligations financières (paiement hypothécaire, de cartes de crédit, de factures d'électricité, entre autres), en raison des ratés du système Phénix.

Les fonctionnaires devraient pouvoir commencer à demander ces indemnités la semaine prochaine.

Encore des milliers de cas problématiques

Malgré les progrès effectués dans la résolution des cas problématiques, il y a encore 67 500 fonctionnaires dont le dossier n'a pas encore été réglé.

Le gouvernement espère pouvoir compléter la révision de tous les cas d'ici le 31 octobre.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.