NOUVELLES
06/09/2016 08:55 EDT | Actualisé 07/09/2017 01:12 EDT

Projet de gazoduc Israël - Gaza avec l'aide des Pays-Bas (Netanyahu)

Les Pays-Bas aideront Israël a améliorer l'approvisionnement en eau et en énergie de la Bande de Gaza avec notamment la construction d'un gazoduc, a annoncé mardi à La Haye le Premier ministre Benjamin Netanyahu au cours d'une visite de deux jours aux Pays-Bas.

"Nous voulons aider la population de Gaza et le premier pas consiste à améliorer l'approvisionnement en énergie et en eau (...), y compris en construisant un gazoduc", a déclaré M. Netanyahu à l'issue de discussions avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Le gouvernement israélien a déjà pris la décision de construire le gazoduc et "j'apprécie votre aide dans la réalisation de ce projet", a ajouté le Premier ministre israélien au cours d'une conférence de presse commune avec M. Rutte.

Le chef du gouvernement néerlandais a précisé que son pays avait déjà investi dans une étude de faisabilité pour la construction d'un gazoduc entre Israël et la Bande de Gaza.

Les Pays-Bas s'engageront également dans l'organisation de réunions d'experts et de responsables néerlandais, israéliens et palestiniens consacrées à l'eau et à l'énergie, a-t-il ajouté.

"L'objectif de ces réunions est d'améliorer l'économie palestinienne" et de créer un contexte plus favorable à "des négociations politiques entre les deux parties", a souligné M. Rutte.

"Ce ne sera pas facile, mais nous devons aller de l'avant", a-t-il dit.

Interrogé sur l'ajournement de la rencontre qu'il devait avoir à Moscou vendredi prochain avec le président palestinien Mahmoud Abbas, M. Netanyahu a assuré qu'il n'avait pas d'objections à une entrevue aux Pays-Bas ou en Russie, si la partie palestinienne ne posait pas de conditions préalables.

Mardi, M. Abbas a annoncé à Varsovie que sa rencontre attendue vendredi à Moscou avec M. Netanyahu était repoussée à une date ultérieure non précisée. Il a souligné que le représentant de M. Netanyahu avait proposé de reporter cette rencontre.

"La vraie question est de savoir si Abou Mazen (Abbas) souhaite nous rencontrer sans conditions préalables et nous avons des informations contradictoires à ce sujet", a ajouté M. Netanyahu.

"Si Abou Mazen accepte de me rencontrer directement sans conditions préalables, j'y suis prêt à tout moment, comme je le répète depuis sept ans, et, s'il accepte, cette rencontre aura lieu", a-t-il dit.

Le président Abbas a constamment posé comme conditions à une rencontre avec M. Netanyahu un gel de la colonisation, la libération de prisonniers palestiniens et un calendrier afin que les discussions ne s'éternisent pas.

L'effort de paix entre Israéliens et Palestiniens est embourbé depuis l'échec d'une initiative américaine en avril 2014. MM. Abbas et Netanyahu n'ont, selon les médias, plus eu de rencontres publiques substantielles depuis 2010.

jhe/jkb/mr/bds