NOUVELLES
06/09/2016 15:26 EDT | Actualisé 07/09/2017 01:12 EDT

La Coupe du monde, espoir de rédemption pour Steven Stamkos et John Tavares

Steven Stamkos était à l'autre bout du monde quand l'équipe canadienne de hockey a remporté la médaille d'or olympique en Russie. John Tavares était présent au Palais de glace Bolchoï ce jour-là de 2014, mais vêtu d'une chemise et d'une cravate.

Les deux étaient pourtant censés être sur la glace.

Les deux joueurs vedettes canadiens abordent la Coupe du monde de hockey un peu différemment que leurs coéquipiers. L'occasion d'aider leur pays à gagner un tournoi a un peu plus de signification après leur absence des Jeux de 2014.

« Avec le talent dont dispose le Canada, votre fenêtre est plutôt limitée quand ça arrive », a reconnu Stamkos cette semaine au camp d'entraînement d'Équipe Canada, tenu à Ottawa.

Stamkos était sur la plage aux îles Caïmans quand l'équipe canadienne a remporté l'or à Sotchi. Le capitaine du Lightning de Tampa Bay, aujourd'hui âgé de 26 ans, était censé jouer à l'époque, peut-être à l'aile droite aux côtés de Sidney Crosby. Mais il a appris à la veille du tournoi qu'il n'était pas prêt physiquement à effectuer un retour au jeu après une fracture à la jambe droite.

Déçu, Stamkos est parti en vacances.

Prix de consolation

La Coupe du monde se veut en quelque sorte un prix de consolation, mais sa présence a encore une fois été compromise par une blessure. Stamkos a été traité pour un caillot de sang en avril, ce qui lui a fait rater presque tout le parcours du Lightning jusqu'en finale d'association.

« Ça y est, c'est reparti », a-t-il craint, se demandant s'il aurait une fois de plus à renoncer lorsque le Canada sauterait sur la patinoire à Toronto. Il n'a plus besoin d'anticoagulant et il joue en compagnie de Tavares et Ryan Getzlaf.

Comme Stamkos, Tavares souffrait lui aussi d'une blessure à la jambe lorsque les Canadiens ont gagné l'or.

Le capitaine des Islanders de New York, âgé de 26 ans lui aussi, s'est blessé au genou gauche lors du match quart de finale contre la Lettonie, écrasé contre la bande par le défenseur Arturs Kulda.

Il a raté la demi-finale, le match de la médaille d'or et le reste de la saison des Islanders.

Quand il a appris la gravité de la blessure, Tavares s'est résolu à jouer le rôle d'un bon coéquipier tout en faisant de son mieux pour profiter de l'expérience olympique. Il a même réussi à le faire sur la patinoire pour les célébrations après le triomphe contre la Suède, une médaille d'or autour du col de sa chemise blanche.

L'impact d'un Shea Weber

Au deuxième jour du camp d'entraînement d'Équipe Canada à Ottawa, Mike Babcock a tenu une autre séance intense. Les Canadiens ont passé beaucoup de temps à pratiquer l'avantage et le désavantage numérique.

Le défenseur du Canadien de Montréal Shea Weber formait encore un duo à la ligne bleue avec le joueur des Sharks de San José, Marc-Édouard Vlasic.

Weber, qui était membre de l'équipe canadienne médaillée d'or aux Jeux olympiques de Vancouver et de Sotchi, est particulièrement respecté par ses coéquipiers et le personnel d'entraîneur.

« Ce que j'aime le plus avec lui, c'est que quand il rentre dans le vestiaire, vous savez qu'il est prêt pour les choses sérieuses, a indiqué Babcock au sujet du nouveau défenseur du Tricolore.

« Il a un impact sur votre concession au niveau de la culture, et ce dès qu'il passe la porte. »

Plus d'un mois après l'échange qui l'a amené à Montréal, en retour de PK Subban, Vlasic a hâte que les partisans tournent la page sur cette transaction.

« On n'a pas passé à autre chose? Les partisans sont encore déçus, ils ne l'ont jamais vu jouer, Weber? (Cet échange) c'est un des meilleurs défenseurs pour un autre. »