NOUVELLES
05/09/2016 20:23 EDT | Actualisé 06/09/2017 01:12 EDT

Japon: le petit-fils de l'empereur fête ses 10 ans en plein débat sur les règles de succession

Hisahito, le petit-fils de l'empereur Akihito du Japon, fête mardi ses 10 ans, alors que se pose la question d'un changement des règles de succession au trône depuis que son actuel occupant a fait part implicitement de son désir d'abdiquer.

Hisahito est actuellement troisième dans l'ordre d'accès au trône du Chrysanthème, après son oncle, le Prince héritier Naruhito (56 ans) et son père, le prince Akishino (50 ans).

L'Agence de la Maison impériale a publié des photos du garçonnet, souriant, au milieu d'un jardin accompagné de ses deux soeurs aînées. On le voit parfois à la télévision dans ses activités extrascolaires ou avec ses parents lors de visites de musées ou participant à des événements divers.

Hisahito, en quatrième année d'école primaire, est passionné par la géographie et les particularités des différents quartiers de Tokyo, selon la maison impériale. Il s'applique aussi à créer "un lieu de vie pour les espèces vivantes" dans les jardins du Palais impérial.

La naissance de Hisahito en 2006 avait calmé un débat sur l'ouverture aux femmes de la succession au trône, question qui se posait en l'absence d'enfant de sexe masculin dans la descendance de l'empereur au-delà de ses deux fils.

Aujourd'hui, le débat se pose en d'autres termes: faut-il ou non laisser l'empereur abdiquer ?

Le 8 août dernier, dans une rarissime adresse a la nation, Akihito, 82 ans, a en effet exprimé ses inquiétudes quant à sa capacité à continuer de remplir pleinement sa fonction "de symbole de la nation".

La loi sur la Maison impériale, qui date de l'immédiat après-guerre, n'autorise pas l'empereur à céder ses fonctions de son vivant. Le premier sur la liste de succession, le Prince héritier, devient empereur au moment du décès de celui qui règne et l'on change alors d'ère impériale.

Depuis cette allocution, qui avait été précédée de fuites dans les médias, les discussions vont bon train dans la presse et parmi les constitutionnalistes et autres experts sur les possibilités s'offrant au gouvernement et au parlement afin de répondre d'une façon ou d'une autre au souhait du souverain.

L'axe privilégié, selon la presse, serait de créer une loi spéciale qui autoriserait Akihito, et lui seul, à transférer de son vivant son statut et ses fonctions à son fils Naruhito.

Même si certains s'inquiètent des problèmes constitutionnels que pourrait soulever un tel choix, cette solution serait préférée par le gouvernement à un amendement de la loi sur la Maison impériale, afin de limiter l'ampleur et la durée des discussions.

Selon les diverses enquêtes d'opinion, près de 90% des Japonais sont favorables à un nouveau régime légal qui autoriserait l'empereur à abdiquer.

kap/uh/juf