NOUVELLES
06/09/2016 01:30 EDT | Actualisé 07/09/2017 01:12 EDT

Effondrement du Centre Algo : début du procès de l'ancien ingénieur Robert Wood

C'est aujourd'hui que commence le procès criminel de Robert Wood, l'ancien ingénieur qui, quelques semaines avant l'effondrement du toit du centre commercial Algo d'Elliot Lake avait assuré que la structure était en bon état.

Un texte de Lisa Marie Fleurent

Robert Wood doit répondre à deux chefs d'accusation de négligence criminelle ayant causé la mort et un chef d'accusation de négligence criminelle ayant causé des lésions corporelles.

En juin 2012, le visage de la petite communauté d'Elliot Lake, dans le Nord-Est de l'Ontario, changea à jamais. L'effondrement partiel du toit du centre commercial, où se trouvait un stationnement, a coûté la vie à Lucie Aylwin, âgée de 37 ans, et à Doloris Perizzolo, âgée de 74 ans, en plus de blesser une vingtaine de personnes.

Robert Wood est le seul à faire face à des accusations criminelles dans cette affaire. La Police provinciale de l'Ontario indique qu'elle n'entend pas déposer d'autres accusations contre  quiconque dans cette affaire.

L'homme originaire de Sault-Sainte-Marie a choisi de subir un procès devant un juge et non devant juge et jury.

On s'attend à ce que le procès soit très différent de l'enquête publique, qui a été menée en 2013.

Le juge de la commission d'enquête, Paul Bélanger, avait sévèrement critiqué la négligence et l'inaction des propriétaires successifs du centre commercial Algo, ainsi que celles de plusieurs ingénieurs et inspecteurs du bâtiment. Robert Wood a d'ailleurs avoué, lors des audiences, avoir modifié un rapport d'inspection à la demande du propriétaire du centre commercial Algo, Robert Nazarian.

La Couronne devrait d'ailleurs l'appeler à la barre des témoins, durant la première semaine. Elle s'attardera ensuite aux aspects plus techniques de l'inspection du centre commercial menée par l'ancien ingénieur quelques semaines avant son effondrement.

Le procès qui se tient à Sault Ste-Marie devrait durer cinq mois.

Le ministère du Travail de l'Ontario a aussi déposé des accusations contre Robert Wood, en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail.  Dans ce cas les procédures débuteront le 4 octobre.