NOUVELLES
06/09/2016 03:38 EDT | Actualisé 06/09/2016 03:38 EDT

La Coupe du monde de soccer au Canada en 2026 ? La FIFA l'envisage

Reuters

La FIFA envisage une candidature commune États-Unis, Mexique et Canada pour la Coupe du monde de 2026.

Le président de la FIFA Gianni Infantino est ouvert à l'idée.

« On ne se donne pas de limite pour faire avancer la cause du football, a dit M. Infantino. Nous verrons bien, mais c'est vrai que la CONCACAF n'a pas accueilli la Coupe du monde depuis longtemps. »

NDLR: 1994: États-Unis

Le Canada avait en 2015 exprimé son intérêt. C'était avant le scandale de corruption à la FIFA qui a repoussé toutes les échéances. La FIFA devait dévoiler les candidats pour le tournoi de 2026 à Kuala Lumpur en 2017. Le dossier gagnant devrait être connu en 2020.

« Nous avons prévenu la FIFA de notre intérêt à présenter une candidature pour la Coupe du monde de 2026, mais nous ne savons encore à quel moment la FIFA présentera sa liste de candidats », a expliqué le président de Soccer Canada, Victor Montagliani.

Au Canada, seul le stade olympique de Montréal, avec ses 66 308 sièges pour le soccer, pourrait recevoir des matchs de quarts, demi-finales et finale. La FIFA exige un minimum de 60 000 sièges pour les trois derniers tours du tournoi.

Soccer Canada assure que des stades à Vancouver, Edmonton, Winnipeg, Hamilton, Toronto et Ottawa pourraient être agrandis afin d'être aux normes exigées par la FIFA.

La FIFA profitera de la réunion de son conseil exécutif les 13 et 14 octobre pour discuter de cette possibilité de candidatures conjointes pour les éditions de la Coupe du monde à partir de 2026.

Sera aussi discuté la possibilité d'augmenter le nombre de pays à 40. Ils sont en ce moment 32, incluant le pays hôte, à pouvoir participer à la Coupe du monde.

Canada - Salvador truqué ?

Les joueurs de l'équipe du Salvador ont dénoncé en conférence de presse lundi soir avoir reçu une offre d'argent pour truquer leur match de mardi face au Canada, en qualifications pour la Coupe du monde de 2018, afin de favoriser le Honduras.

Les joueurs, menés par leur capitaine Nelson Bonilla, ont accusé l'homme d'affaires salvadorien Ricardo Padilla de leur avoir offert de l'argent pour remporter ce match ou en tout cas ne pas le perdre sur une différence de plus d'un but.

Ils ont présenté un enregistrement audio d'une réunion entre M. Padilla et plusieurs joueurs. On y entend l'homme d'affaires dire : « La proposition est la suivante : 30 dollars par minute jouée si le match est gagné. Cela fait 2 700 dollars si vous jouez les 90 minutes », selon la retranscription publiée par le journal La Prensa Gráfica.

Comme deuxième option, il proposait « 20 dollars par minute jouée si c'est un match nul », soit un paiement de 1 800 dollars par joueur effectuant le match entier.

Enfin, « si vous perdez 1-0 cela fera 15 dollars par minute jouée« et « si vous perdez 2-0 il n'y aura rien », a ajouté Ricardo Padilla dans cet enregistrement, précisant que l'argent proviendrait d'un « homme millionnaire » du Honduras, qu'il n'a pas identifié.

« Honduras a quatre buts d'avance sur l'équipe du Canada, mais le Honduras doit affronter le Mexique. Si le Honduras perd 3-0 au Mexique et que le Canada vous bat 3-0, c'est le Canada qui se classe, vous avez compris? C'est pour ça que le Honduras vous offre (de l'argent) pour gagner », a-t-il dit.

Interrogé par le journal El Diario de Hoy, Ricardo Padillo s'est défendu.

« C'était une proposition personnelle. Je suis fatigué que tout le monde nous batte, a-t-il dit. L'histoire de l'homme d'affaires millionnaire (du Honduras), c'était une blague. »

Le capitaine de l'équipe salvadorienne au Canada a affirmé que l'équipe voulait « éviter tout malentendu que cette situation pourrait causer ».

VOIR AUSSI:

Galerie photo Le Canada au Mondial féminin de soccer Voyez les images