NOUVELLES
06/09/2016 08:39 EDT | Actualisé 06/09/2016 12:31 EDT

Bombardier: livraisons de CSeries retardées à cause de délais pour les moteurs

MICHAEL BUHOLZER via Getty Images
A picture taken at the Zurich Airport in Zurich on July 6, 2016 shows the Swiss International Air Lines' new Bombardier CS 100 passenger jetliner during a media presentation. Swiss International Air Lines' new Bombardier CS 100 jetliner is the first rolled out aircraft of the Canadian Bombardier Commercial Aircraft's new jetliner C-Series aircrafts. / AFP / MICHAEL BUHOLZER (Photo credit should read MICHAEL BUHOLZER/AFP/Getty Images)

Bombardier livrera deux fois moins de CSeries cette année étant donné que le constructeur du moteur de l'appareil, Pratt & Whitney, connaît des pépins avec sa cadence de production.

L'avionneur québécois, qui prévoyait livrer 15 appareils à Swiss International Air Lines et Air Baltic cette année, a annoncé mardi qu'il abaissait sa prévision à sept avions.

Cet autre écueil rencontré par le programme de la CSeries a été mal reçu par les investisseurs, puisqu'en avant-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de Bombardier cédait 12 cents, ou 5,66 pour cent, pour se négocier 2,02 $.

"Ce n'est pas lié à des problèmes techniques", a assuré une porte-parole de l'entreprise, Isabelle Gauthier, au cours d'un entretien téléphonique, sans fournir d'autres détails.

En 2014, un incendie survenu dans un moteur à la suite d'un test effectué au sol avait forcé Bombardier à mettre sur la glace pendant quatre mois les essais en vol de son nouvel avion commercial.

Pratt & Whitney a refusé à fournir les détails entourant les problèmes de livraison ainsi que des impacts potentiels sur sa main-d'oeuvre au Québec.

"Nous avons franchi plusieurs étapes importantes dans notre chaîne d'approvisionnement, mais il y a de la pression sur les livraisons cette année", s'est limité à dire l'entreprise américaine, dans un communiqué laconique.

Le programme de la CSeries accuse un retard de deux ans et demi sur son échéancier initial et ses dépassements de coûts se chiffrent en milliards de dollars. Bombardier a confirmé vendredi la réception de la deuxième tranche de 500 millions $ US de l'investissement du gouvernement Couillard lui permettant de mettre la main sur 49,5 pour cent du programme de l'avion commercial.

En réduisant de moitié ses prévisions de livraisons, le constructeur d'avions et de trains a également prévenu que ses revenus pour l'exercice en cours seraient dans la tranche inférieure de sa fourchette de 16,5 milliards $ US à 17,5 milliards $ US.

De plus, l'utilisation des flux de trésorerie oscillera entre 1,15 milliard $ US et 1,45 milliard $ US, alors que la prévision précédente faisait état d'une fourchette variant de 1 milliard $ US à 1,3 milliard $ US.

En dépit de ce nouveau pépin, Bombardier (TSX:BBD.B) estime toujours être en mesure de produire entre 90 et 120 CSeries par année d'ici 2020.

L'entreprise s'expose à des pénalités auprès de Swiss et Air Baltic _ ses clients de lancement pour les avions CS100 et CS300 _, mais elle devrait être compensée par un dédommagement de la part de Pratt & Whitney, a indiqué Mme Gauthier.

La première livraison du CS300, la version plus grande de l'avion, au transporteur letton Air Baltic est toujours prévue pour l'automne, a assuré la porte-parole de Bombardier.

Pour l'instant, cette révision à la baisse des livraisons n'aura pas d'impact sur les quelque 2000 employés affectés au programme de la CSeries à Mirabel, dans les Laurentides.

Cela pourrait toutefois changer si la situation ne rentre pas dans l'ordre.

"Avec les fluctuations, la main-d'oeuvre est un élément que nous suivons régulièrement, a dit Mme Gauthier. S'il faut faire des ajustements, on le fera. Mais pour le moment, il est trop tôt."

Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, a qualifié de "mineurs" les retards de Pratt & Whitney, estimant qu'à ce stade-ci, la performance de la CSeries était plus importante.

"L'important sera de voir si ce problème deviendra récurrent et si Bombardier et ses fournisseurs seront en mesure de respecter les échéanciers de façon régulière", écrit l'analyste dans une note envoyée par courriel.

Depuis la fin juin, l'entreprise a livré deux CSeries à Swiss et un troisième avion devrait être livré le mois prochain. Les commentaires formulés par le transporteur suisse à l'égard de la performance de l'appareil ont jusqu'à présent été généralement positifs.

Bombardier ― qui sollicite toujours un investissement de la part du gouvernement fédéral ― a reçu 370 commandes fermes en plus de 380 options et engagements pour son nouvel avion.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La CSeries de Bombardier Voyez les images