NOUVELLES
06/09/2016 08:09 EDT | Actualisé 07/09/2017 01:12 EDT

Allemagne : un ministre turc accusé de censure et de "harcèlement"

La radio-télévision allemande Deutsche Welle a déploré mardi s'être vu confisquer une interview réalisée avec le ministre turc de la Jeunesse et des Sports, Akif Caoatay Kilic, dénonçant une "nouvelle violation de la liberté de la presse".

"Ce que nous subissons ici relève du harcèlement de la part des autorités turques. Cela n'a plus rien à voir avec l'Etat de droit et la démocratie", s'est insurgé le directeur général de la Deutsche Welle, Peter Limbourg, dans un article publié sur le site de la chaîne.

Enregistré lundi en début de soirée, cet entretien portait sur une série de thèmes "préalablement communiqués au ministère", dont le putsch raté de juillet, la répression qui s'en est suivie, la liberté de la presse et les droits des femmes, raconte la Deutsche Welle.

Mais selon la chaîne, le ministre Akif Caoatay Kilic a tourné les talons immédiatement après l'interview, réalisée à Ankara dans les locaux de son ministère, et son porte-parole a annoncé aux deux journalistes qu'ils ne pourraient diffuser l'enregistrement, avant que des employés du ministère le confisquent.

La Deutsche Welle, qui explique envisager une action en justice, a plusieurs fois réclamé mardi par téléphone la restitution de son enregistrement, mais se l'est vu refuser par le ministère des Sports.

"L'interview n'a pas été autorisée. Les questions qui ont été posées ne sont pas celles qui avaient été soumises à l'avance", a estimé le ministère dans un communiqué cité par la chaîne.

Mais pour la radio-télévision allemande, les questions "ne font évidemment pas" l'objet d'un accord préalable et "les interviews ne sont pas soumises à autorisation".

cfe/alf/mct