Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Trois membres de la FINA démissionnent

Melbourne, AUSTRALIA: Cornel Marculescu, (L) executive director of FINA, Sam Ramsamy (C) vice president and spokesperson at FINA events and Andrew Pipe (R) FINA doping control review board, attend a press conference regarding  a doping test conducted on Ian Thorpe last year which revealed 'abnormal levels' of two banned substances, 31 March 2007 at the 12th FINA World Swimming Championships in Melbourne. FINA confirmed it has lodged an appeal with the Court of Arbitration for Sport on a doping test conducted on Ian Thorpe last year which revealed 'abnormal levels' of two banned substances.     AFP PHOTO / FRANCOIS-XAVIER MARIT (Photo credit should read FRANCOIS-XAVIER MARIT/AFP/Getty Images)
Melbourne, AUSTRALIA: Cornel Marculescu, (L) executive director of FINA, Sam Ramsamy (C) vice president and spokesperson at FINA events and Andrew Pipe (R) FINA doping control review board, attend a press conference regarding a doping test conducted on Ian Thorpe last year which revealed 'abnormal levels' of two banned substances, 31 March 2007 at the 12th FINA World Swimming Championships in Melbourne. FINA confirmed it has lodged an appeal with the Court of Arbitration for Sport on a doping test conducted on Ian Thorpe last year which revealed 'abnormal levels' of two banned substances. AFP PHOTO / FRANCOIS-XAVIER MARIT (Photo credit should read FRANCOIS-XAVIER MARIT/AFP/Getty Images)

Trois membres de la direction des contrôles antidopage (DCRB) de la Fédération internationale de natation (FINA) ont démissionné. Leurs recommandations quant à l'éligibilité des nageurs russes aux Jeux olympiques n'ont pas été suivies.

Ils avaient recommandé des conditions beaucoup plus strictes. Par exemple, que chaque nageur ait été contrôlé par un organisme crédible, alors que la Russie était engluée dans un vaste scandale de dopage d'État organisé.

Dans une lettre envoyée jeudi au président de la FINA Julio Maglione, ces trois membres de la DCRB, dont son chef, le professeur Andrew Pipe, fustigent la légèreté qu'à fait preuve l'institution.

« Malgré l'expertise antidopage des individus qui composent la DCRB, la FINA a décidé d'ignorer nos recommandations. Notre demande d'explications est restée sans réponse, et nous nous sommes rendus compte des décisions de la FINA en regardant la compétition. », peut-on lire dans la lettre de démission que s'est procurée la chaîne de télévision irlandaise RTE.

La FINA a au final laissé participer 30 nageurs russes sur 37. Les sept recalés, qui apparaissaient pourtant dans le rapport McLaren accablant pour le sport russe, ont finalement pu concourir, après avoir fait appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Par exemple, la nageuse russe Yuliya Efimova, exclue dans un premier temps, a finalement été autorisée à participer et a remporté la médaille d'argent sur 100 et 200 m brasse.

VOIR AUSSI:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.