NOUVELLES
03/09/2016 01:40 EDT | Actualisé 04/09/2017 01:12 EDT

Zambie: délai pour le recours de l'opposition contre la réélection du président

La Cour constitutionnelle zambienne a accordé samedi un délai supplémentaire au candidat malheureux à la présidentielle Hakainde Hichilema pour présenter son recours contre la réélection de son rival, le dirigeant sortant Edgar Lungu, le 11 août.

La justice a donné deux jours à Hakainde Hichilema après le refus de ses avocats de le représenter, faute de temps.

"Dans ces circonstances, nous devons autoriser l'audition du recours. Cette affaire sera étudiée et chaque partie aura deux jours" pour s'exprimer, a déclaré la présidente de la Cour constitutionnelle, Hildah Chibomba. L'audience doit reprendre lundi.

Vendredi, la Cour constitutionnelle avait de fait donné deux heures à l'opposant pour présenter son recours. Un laps de temps jugé insuffisant par ses avocats qui ont décidé, en signe de protestation, de ne plus défendre leur client.

Hakainde Hichilema a alors argué que sans représentation, ses droits étaient bafoués et a obtenu de la Cour constitutionnelle ce délai supplémentaire.

Le 11 août, le président Lungu l'a emporté de justesse, avec 50,3% des suffrages et 100.000 voix d'avance, lui évitant un second tour requis en l'absence de majorité absolue au premier tour.

L'homme d'affaires Hakainde Hichilema, son principal concurrent, qui se présentait pour la cinquième fois à la fonction suprême, a lui recueilli 47,6% des voix et dénoncé un vote truqué.

"Le registre électoral n'était pas crédible et le fait qu'il ne soit pas disponible avant l'élection compromet la transparence du processus électoral", selon son recours déposé à la Cour constitutionnelle.

La prestation de serment du président Lungu a été reportée dans l'attente de la décision de la Cour constitutionnelle.

os-bed/jlb