NOUVELLES
03/09/2016 18:08 EDT | Actualisé 04/09/2017 01:12 EDT

Un séisme attire l'attention sur l'entreposage souterrain d'eaux usées

OKLAHOMA CITY — Alors qu'un séisme record a secoué une partie de l'État de l'Oklahoma où la production pétrolière et gazière est très présente, samedi, la pression monte afin que les eaux usées provenant de l'industrie cessent d'être entreposées très profondément dans le sol.

Un tremblement de terre de magnitude 5,6 est survenu tôt samedi matin dans le centre-nord de l'Oklahoma, a rapporté la Commission géologique des États-Unis (USGS). Les législateurs avaient demandé à ce que la quantité d'eaux usées enfouies dans une zone située tout près soit limitée.

L'accroissement des séismes en Oklahoma est lié à l'entreposage souterrain d'eaux usées provenant du processus d'extraction du pétrole et du gaz naturel.

La Oklahoma Corporation Commission, qui supervise notamment la production de pétrole et de gaz dans l'État, presse les propriétaires de puits d'eaux usées de procéder à la fermeture de 37 de leurs lieux d'entreposage dans un périmètre d'environ 1330 kilomètres carrés autour de l'épicentre du séisme. Elle réclame que ceci soit fait dans un délai de sept à dix jours.

Depuis 2013, la Oklahoma Corporation Commission demande que le volume de déchets souterrains soit réduit dans cette région identifiée comme la formation géologique Arbuckle. Ces requêtes se basent sur le lien établi par plusieurs chercheurs entre l'entreposage souterrain d'eaux usées et les tremblements de terre, a indiqué le porte-parole de l'organisation, Matt Skinner.

La commission s'intéresse par ailleurs à une autre zone d'une superficie d'environ 545 kilomètres carrés dans le comté d'Osage, plus au nord. Impossible toutefois d'évaluer combien de puits devraient être soumis à des restrictions, a fait valoir M. Skinner, puisque l'endroit fait partie de la juridiction de l'Agence de protection environnementale (EPA).

Quant à la fermeture des puits d'entreposage d'Arbuckle, il est difficile d'agir rapidement, a souligné M. Skinner. «Nous tentons de faire le plus vite possible, mais nous devons suivre les recommandations de sismologues, qui nous disent que de tout fermer en même temps pourrait déclencher un tremblement de terre.»

Le séisme de samedi a été ressenti dans les villes de nombreux États voisins, notamment à Chicago, à Kansas City et Saint Louis, dans le Missouri, et à Fayetteville et Little Rock, en Arkansas.

Dans le comté de Pawnee, situé à environ 15 kilomètres de l'épicentre de séisme, aucun bâtiment ne s'est effondré, mais les vieux édifices ont été endommagés, a indiqué le directeur des services d'urgence de la municipalité, Mark Randell. Un homme a aussi souffert d'une blessure mineure à la tête, a-t-il ajouté.

Les dégâts avaient été beaucoup plus importants en 2011, lorsqu'un séisme de même magnitude et de même profondeur était survenu près de Prague, en Oklahoma, à une centaine de kilomètres du comté de Pawnee. Les deux cas sont comparables, estime un géophysicien de la Commission géologique des États-Unis, Jefferson Chang, mais la roche-mère est plus dure dans la région récemment touchée.