NOUVELLES
03/09/2016 09:11 EDT | Actualisé 04/09/2017 01:12 EDT

Poutine et Erdogan prônent des mesures pour "aller de l'avant", après une réconciliation inattendue

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont prôné samedi des mesures pour "aller de l'avant" dans les relations russo-turques, après une réconciliation inattendue en juin ayant suivi des mois de crise diplomatique.

"Il nous reste beaucoup à faire pour rétablir entièrement la coopération dans tous les domaines. Et nous allons en parler aujourd'hui", a déclaré M. Poutine, lors d'une rencontre avec M. Erdogan à Hangzhou (est de la Chine), à la veille de l'ouverture du sommet du G20.

"La Turquie traverse une période difficile, lutte contre le terrorisme et fait face à de graves crimes terroristes", a-t-il poursuivi.

Mais "je suis sûr que (...) lorsque vous aurez normalisé entièrement la situation dans le pays, nous pourrons aller de l'avant sur le chemin de notre coopération", a souligné le président russe.

Pour sa part, M. Erdogan a estimé que les deux dirigeants devraient prendre notamment "certaines mesures" pour "aller de l'avant" dans la coopération énergétique entre Moscou et Ankara qui se sont notamment mis d'accord début août pour réanimer le projet de gazoduc Turkish Stream, gelé suite à leur brouille diplomatique.

Il s'agit de la deuxième rencontre entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan en moins d'un mois, après leur réconciliation inattendue permise fin juin par les "regrets" exprimés par le président turc pour la destruction en novembre dernier d'un bombardier russe par l'armée turque qui avait provoqué une grave crise diplomatique entre Moscou et Ankara.

Début août, M. Erdogan s'est rendu à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de Russie) pour rencontrer M. Poutine, trois semaines après un putsch raté en Turquie suivi de purges sans précédent que Moscou s'est gardé de critiquer.

A l'occasion de cette visite, les deux parties ont promis de s'atteler à la tâche "difficile" de recoller les morceaux, M. Erdogan assurant notamment que le projet TurkStream serait réalisé "le plus vite possible".

La Russie, qui avait imposé à Ankara suite à l'affaire du bombardier abattu de lourdes sanctions dans le secteur touristique, a pour sa part ré-autorisé la vente de voyages vers la Turquie dans la foulée de la réconciliation.

Vendredi, la Russie a également repris ses vols charters vers la Turquie, interdites depuis novembre en représailles contre Ankara.

mp/pjl