NOUVELLES
03/09/2016 03:33 EDT | Actualisé 04/09/2017 01:12 EDT

Grèce: le drame des réfugiés réveille le théâtre de Délos après 2.000 ans de silence

Le théâtre hellénistique de l'île-musée de Délos, dans les Cyclades, s'est réveillé ce week-end d'un sommeil de 2.000 ans pour une représentation exceptionnelle dédiée au drame des réfugiés, d'extraits d'Hécube, une tragédie d'Euripide.

"Je travaillais sur Hécube", qui retrace le destin de la reine de Troie, réduite en esclavage après la prise de la ville par les Grecs et la perte de ses enfants "quand j'ai réalisé à quel point ce texte évoque le drame des réfugiés", a expliqué à l'AFP le metteur en scène, Nikos Karageorgiou, du Théâtre régional d'Agrinio (centre).

"Comme Hécube, des millions de Syriens sont du jour au lendemain livrés à la merci du sort, doivent quitter leurs maisons, voire mourir leurs enfants en mer".

Cette initiative a été prise par la direction des antiquités cycladiques, en hommage aux centaines de milliers de réfugiés qui ont traversé la mer Égée au départ des côtes turques pour rallier l'Europe, pour plusieurs milliers au prix de leurs vies, a expliqué à l'AFP le directeur de ce service, Dimitris Athanasoulis.

Classée patrimoine de l'humanité par l'Unesco, Délos, un sanctuaire et carrefour commercial majeur de l'antiquité grecque, n'est accessible au public que dans la journée, au départ de l'île proche de Mykonos. Son déclin est scellé au 1er siècle de lère chrétienne, avec un raid destructeur du roi Mithridate, en guerre contre Rome.

Ouverte par la lecture d'une lettre d'une réfugiée syrienne, la première représentation, programmée vendredi soir dans le théâtre en marbre, datant du 3ème siècle avant l'ère chrétienne, n'a eu lieu que devant les archéologues et gardiens du site, à cause de vents trop violents.

Une centaine de spectateurs ont finalement pu assister au spectacle samedi matin, avant une seconde représentation prévue dans la soirée pour 150 autres.

Le nombre réduit des spectateurs et la mise en scène spartiate, à la lumière du jour, sans décors ni musique ont été imposés par la fragilité du théâtre, d'une capacité de 6.500 places à son apogée, mais désormais en attente de travaux de conservation.

M. Athanasoulis espère d'ailleurs sensibiliser aussi le public à la sauvegarde de l'édifice, pour laquelle des mécènes sont recherchés, a-t-il précisé à l'AFP.

cb/rap