NOUVELLES
03/09/2016 09:13 EDT | Actualisé 04/09/2017 01:12 EDT

France: délivrance de lait maternel suspendue après deux décès suspects

La délivrance de lait maternel a été suspendue "par précaution" samedi dans un établissement français qui joue un rôle clé dans l'alimentation de grands prématurés, à la suite d'une suspicion de contamination de trois bébés dont deux sont décédés.

Les trois enfants avaient tous reçu dans leur alimentation du lait maternel délivré par le lactarium de la région parisienne abrité par l'hôpital Necker à Paris.

"Il n'est pas possible d'affirmer que ce lait soit à l'origine des contaminations, mais il n'est pas non plus possible de l'exclure à ce stade", a indiqué la direction des Hôpitaux de Paris qui précise avoir rappelé aussi des lots "par mesure de précaution".

Ce lactarium distribue environ 700 litres de lait maternel par mois. Ce lait est distribué sur prescription médicale aux grands prématurés (pesant moins d'1,5 kilo) dont les mères n'ont pas de lait, en raison de ses propriétés nutritionnelles et biologiques spécifiques.

La suspension de la délivrance de lait par le lactarium de Necker a été décidée après la découverte, depuis le 6 août de trois bébés de moins d'un kilo contaminés par la bactérie Bacillus Cereus, fréquente dans l'environnement mais qui peut s'avérer dangereuse chez certains grands prématurés.

Les bébés étaient hospitalisés dans deux établissements en région parisienne. Deux d'entre eux sont décédés "sans qu'il soit possible à ce stade de dire si c'est l'infection qui est à l'origine de l'aggravation de leur état", selon la direction des Hôpitaux de Paris. Le troisième se porte bien.

Les responsables hospitaliers indiquent également que les contrôles microbiologiques réalisés à ce jour sur les laits délivrés par le lactarium de Necker (y compris ceux administrés aux trois nouveaux nés concernés) ont tous été "négatifs".

Des analyses sont par ailleurs en cours pour déterminer si les souches bactériennes retrouvées chez les bébés sont identiques et s'il existe "une origine commune à ces trois situations de contamination".

ez/fmi/blb/ger