NOUVELLES
31/08/2016 10:16 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Libye : l'OIAC salue le départ des dernières armes chimiques

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a salué mercredi le "cap" franchi par la Libye, qui s'est débarrassée de ses derniers produits pouvant servir à la fabrication d'armes chimiques.

"L'effort international, coordonné par l'OIAC, a permis de passer un cap essentiel pour garantir que ces agents chimiques ne tombent pas entre de mauvaises mains", a affirmé le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzumcu, cité dans un communiqué.

Des responsables libyens avaient indiqué lundi qu'un navire danois avait quitté deux jours plus tôt le port de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli, pour transporter les stocks d'armes chimiques vers l'Allemagne, où ils seront détruits.

Cette opération intervient au terme d'un processus engagé par le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), appuyé par la communauté internationale. Il avait demandé l'aide internationale pour en finir avec la menace que faisait peser la présence de telles armes héritées du régime de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi.

Le GNA craignait qu'elles ne tombent entre les mains du groupe Etat islamique (EI), présent dans le pays depuis 2015. Ces jihadistes sont cependant en train d'être défaits dans leur bastion de Syrte, presque totalement repris par les forces progouvernementales.

Le 22 juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une résolution visant à aider le GNA à se débarrasser de cette menace chimique.

Se félicitant de la coopération internationale dans cette opération qui a également impliqué la France, l'Italie et la Grande-Bretagne, Ahmet Uzumcu a promis que ces agents chimiques seront éliminés de manière "fiable, en sécurité et dans les délais impartis".

La Libye a rejoint l'OIAC en 2004, lorsque le colonel Kadhafi, soucieux de se rapprocher de l'Occident, avait promis de détruire ses stocks de gaz moutarde, arme utilisée surtout pendant la Première Guerre mondiale.

mbr/cr/