NOUVELLES
31/08/2016 09:39 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Les populations africaines d'éléphants s'effondrent sous l'assaut du braconnage

HONOLULU — Les populations africaines d'éléphants de la savane s'effondrent et les animaux sont menacés d'extinction alors que le commerce domestique et international d'ivoire alimente le braconnage à travers le continent, prévient une étude rendue publique mercredi.

Les populations d'éléphants de la savane africaine se sont écroulées d'environ 30 pour cent entre 2007 et 2014, et elles continuent de chuter d'environ 8 pour cent par année, selon une enquête financée par le co-fondateur de Microsoft et philanthrope Paul Allen.

Le chercheur principal Mike Chase a demandé quel espoir on peut avoir de sauver les autres animaux d'Afrique, si on est incapable de sauver l'éléphant.

L'étude a été menée par 90 chercheurs à l'aide de douzaines d'avions qui ont survolé 18 pays, parcourant une distance équivalente à un trajet vers la Lune et à une partie du retour. L'enquête a dénombré 352 271 éléphants de la savane.

Au total, les chercheurs ont repéré 12 carcasses pour chaque centaine d'éléphants vivants, ce qui témoigne d'un braconnage suffisamment intense pour entraîner un déclin des populations. Le taux était nettement plus élevé dans certains pays.

Un déclin plus important que mesuré précédemment a ainsi été constaté en Angola, au Mozambique et en Tanzanie, et les éléphants sont menacés d'extinction dans certaines régions de la République démocratique du Congo, du Cameroun et de la Zambie, selon l'étude. En revanche, les populations d'éléphants sont stables ou en légère augmentation en Afrique du Sud et en Ouganda, et dans des secteurs du Malawi et du Kenya.

Les conclusions de cette étude ont été dévoilées dans le cadre d'un congrès environnemental à Hawaï.

M. Allen, qui a contribué 7 millions $ US à l'étude, a expliqué avoir décidé de lancer ce recensement après avoir constaté qu'aucun décompte complet des éléphants africains n'avait été réalisé depuis plusieurs décennies.

Les éléphants ont été comptés manuellement par des chercheurs à bord d'avions qui suivaient des trajets prédéterminés, une technique qui a fait ses preuves dans le passé. Les troupeaux les plus nombreux étaient filmés.

Un expert a expliqué que la disparition des populations d'éléphants transforme la savane en brousse inhospitalière et infestée de moustiques, en plus de faire fuir les touristes.