NOUVELLES
31/08/2016 08:23 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Le chef du Wildrose s'excuse pour sa boutade suggérant de frapper Rachel Notley

FORT MCMURRAY, Alb. — Le chef de l'opposition officielle en Alberta a présenté ses excuses pour une boutade dans laquelle il suggérait de frapper la première ministre Rachel Notley.

Lors d'une assemblée publique à Fort McMurray, mardi soir, Brian Jean, chef du Parti Wildrose, était appelé à répondre aux inquiétudes et aux critiques de citoyens sur la pénurie de soins et de logements pour les personnes âgées.

M. Jean a alors soutenu qu'il frappait sur ce même clou depuis une douzaine d'années, qu'il continuerait de frapper sur ce clou, mais qu'il serait illégal «de frapper Rachel Notley». L'assistance l'a alors interrompu avec des rires et des applaudissements.

Le chef de l'opposition s'est rapidement amendé, admettant publiquement que la première ministre avait, de fait, modifié les politiques du précédent gouvernement progressiste-conservateur au chapitre des services aux aînés. Il a même félicité Mme Notley pour le courage politique dont elle avait fait preuve dans ce dossier, alors qu'elle aurait très bien pu maintenir le statu quo tout en blâmant la précédente administration.

M. Jean a aussitôt regretté ses propos et il a invité l'assistance à applaudir Mme Notley pour ce qu'elle avait accompli dans le dossier des aînés.

Dans un communiqué, mercredi matin, M. Jean écrit qu'il s'était risqué dans «une tentative inappropriée en humour» et qu'il s'était rapidement excusé pour cette boutade.

«Les blagues de cette nature sont toujours inacceptables et j'essaie de me plier à des normes plus élevées, a-t-il écrit. J'ai joint la première ministre Notley pour lui présenter de vive voix mes excuses les plus sincères.»

M. Jean a déjà déploré par le passé les menaces de violence adressées à des personnalités publiques.