NOUVELLES
31/08/2016 02:57 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Le Canada demande à joindre une banque chinoise consacrée aux investissements

PÉKIN, Chine — Justin Trudeau a officiellement présenté la candidature du Canada pour rejoindre les rangs d'une controversée nouvelle banque chinoise consacrée au financement des infrastructures — une initiative lancée par le géant asiatique dans l'espoir de rehausser sa crédibilité économique à travers le monde.

La Chine a fondé, à hauteur de 100 milliards $ US, la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII) à la fin de l'an dernier pour offrir aux autres pays de la région l'accès au financement dont ils ont besoin pour des projets dans des secteurs comme les transports, l'énergie et les télécommunications.

Le gouvernement canadien a fait cette annonce après une rencontre entre M. Trudeau et son homologue chinois Li Keqiang, mercredi à Pékin, mais n'a pas immédiatement révélé quelle somme il investira dans cette banque.

Le gouvernement a expliqué par voie de communiqué que cette décision permettra au Canada de participer encore davantage aux efforts multilatéraux d'infrastructure, en plus d'ouvrir la voie aux entreprises canadiennes qui recherchent des occasions d'affaires.

M. Trudeau avait laissé entendre l'an dernier que la candidature du Canada était en préparation.

Le ministre des Finances Bill Morneau, qui accompagne le premier ministre en Chine, a rencontré mercredi à Pékin le président de la BAII, Jin Liqun.

La banque a déjà investi plus de 500 millions $ US au Bangladesh, en Indonésie, au Pakistan et au Tadjikistan, et des dirigeants chinois ont révélé qu'elle prévoit prêter entre 10 et 15 milliards $ US au cours des cinq prochaines années.

Le Canada en deviendrait le premier membre nord-américain.