NOUVELLES
31/08/2016 12:00 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

La croissance de l'Inde menacée par sa bureaucratie, avertit John Kerry

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a averti l'Inde mercredi que son "impressionnante" croissance économique était menacée par sa "bureaucratie" qui pèserait sur le climat des affaires et serait un frein aux investissements étrangers.

M. Kerry et la secrétaire au Commerce Penny Pritzker sont à New Delhi pour la seconde édition du "dialogue stratégique et commercial" entre les deux mastodontes qui ont forgé depuis une quinzaine d'années, selon Washington, "le partenariat déterminant du 21e siècle".

Les Etats-Unis et l'Inde se sont ainsi engagés cette semaine à doper leur coopération en matière de sécurité -- notamment pour la lutte antiterroriste -- et à quintupler, pour le porter à 500 milliards de dollars par an, le volume de leur échanges commerciaux.

Mais devant des étudiants d'une université de technologie, John Kerry a jugé que la "bureaucratie", la "paperasserie" et le manque de "transparence" prêtées aux autorités indiennes risquaient de saper la croissance.

"Même si nous constatons les gains impressionnants de la croissance économique de l'Inde, on continue de se demander si nous allons assez vite", a-t-il critiqué.

Le taux de croissance indien s'est établi à 7,1% sur un an au premier trimestre (avril-juin) de l'année budgétaire 2016-2017, contre 7,9% au trimestre précédent, soit l'une des croissances les plus rapides des principales économies de la planète.

Mais le chef de la diplomatie américaine a souligné que pour accueillir les 13 millions de jeunes qui entrent chaque année sur le marché du travail, les "entrepreneurs ont rapidement besoin (...) de pouvoir démarrer de nouvelles affaires, sans toute la paperasserie".

Il a réclamé "des conditions favorables aux investissements locaux ou étrangers" et a demandé que "la bureaucratie soit un partenaire pour la prise de décision, pas un orfèvre pour mettre des bâtons dans les roues".

Le Premier ministre Narendra Modi s'est engagé à débarrasser l'Inde de sa mauvaise réputation pour y faire des affaires, les investisseurs se plaignant de la corruption, d'une administration tatillonne et du poids de l'impôt.

Mme Pritzker et M. Kerry ont aussi été reçus par M. Modi.

Mme Pritzker s'est félicitée des réformes économiques et fiscales du gouvernement Modi et elle "a réaffirmé vouloir que davantage d'entreprises américaines investissent en Inde, dans les énergies propres, la défense et d'autres secteurs importants", a rendu compte le département d'Etat.

Le ministère américain des Affaires étrangères a par ailleurs annoncé que John Kerry prolongeait son séjour en Inde, avant de rejoindre samedi le président Barack Obama au sommet du G20 à Hangzhou, dans l'est de la Chine.

nr-ja-co/cr