POLITIQUE
31/08/2016 12:28 EDT

La course à la direction du Parti québécois monte d'un cran (VIDÉO)

GATINEAU – Les opposants d’Alexandre Cloutier dans la course à la direction du Parti québécois ont tiré à boulets rouges sur le favori de l’establishment, en marge de leur caucus présessionnel à Gatineau.

Le candidat Paul St-Pierre-Plamondon avait parti le bal avec sa lettre ouverte qui dénonçait « la tendance de l’establishment du PQ à favoriser certains candidats plus que d’autres ». Il disait s’inspirer des propos de Véronique Hivon, qui a dû abandonner la course pour des raisons de santé.

Jean-François Lisée et Martine Ouellet n’ont pas tardé à se ranger du côté de leur adversaire, à l’entrée du caucus. Ils ont tous deux voulu faire mentir ceux qui croient qu’Alexandre Cloutier sera élu chef du PQ dès le premier tour.

« On le sait, l'establishment est tout du côté d'Alexandre Cloutier, et moi, je le sens sur le terrain très clairement à la rencontre de tous les gens, a dit Martine Ouellet. Les gens sont tannés de la mainmise de l'establishment sur le parti. »

Lisée, pour sa part, a fait valoir que les sympathisants du clan Hivon ne seront pas nécessairement attirés par Cloutier et ce, même si elle s’était ralliée à lui lors de la dernière campagne.

« Il est certain que Véronique incarnait une autre façon de faire de la politique et des critiques sont avancées, qui sont légitimes, sur la façon dont l'équipe d'Alexandre a une attitude d'establishment dans la façon de mener cette campagne », a déclaré le candidat lors d’une mêlée de presse.

Cloutier s’est défendu à la suite de ces accusations, qui sont celui lui une manœuvre pour déstabiliser sa campagne qui va « bien » et qui va « dans la bonne direction ». À son avis, ses adversaires veulent changer les règles du jeu parce qu’ils savent qu’ils vont perdre.

« De toute évidence, maintenant, des candidats sentent qu'ils pourraient manquer de temps et ce n'est pas mon problème. Nous avons respecté les règles, nous continuerons de le faire. J'ai un plan et je vais le suivre », a dit le candidat en anglais.

« Pas propriétaire des militants du Saguenay »

Lisée a accusé Cloutier de tenir pour acquis les militants de sa région, parce qu’il refusait de participer à un débat organisé par l’association péquiste régionale. Il a été secondé par Ouellet et St-Pierre-Plamondon, qui veulent s’adresser directement aux membres du PQ dans sa région.

« Je demande à Alexandre de poser un geste d'ouverture, en disant que oui, il est d'accord avec toutes les autres campagnes qui veulent tenir un débat au Saguenay, dans sa région, a martelé Lisée. Les militants du Saguenay aiment beaucoup Alexandre, mais il n'est pas propriétaire des militants du Saguenay. »

Cloutier a rétorqué qu’il n’était pas obligé de participer à un débat dans sa région qui ne faisait pas partie de ceux prévus dans le cadre de la course. Il a accusé ses adversaires « d’inventer de nouvelles règles » parce qu’ils sentent qu’ils sont en train de perdre la course.

Le débat à Jonquière n’aura finalement pas lieu, parce que trop peu de candidats ont répondu présent. Les candidats ont reçu un courriel en date du 18 août qui confirmait que l’événement serait annulé.

« Malheureusement, l’absence de réponse de plusieurs candidat(e)s à cette date-ci, conjuguée au peu de temps qu’il nous reste pour mobiliser nos ressources pour faire un succès de cet important événement, nous obligent à annuler le débat régional souhaité », peut-on lire dans une copie de la lettre obtenue par le HuffPost.

Ouellet a toutefois soutenu que ledit débat était inscrit à son horaire et qu’elle était prête à se déplacer n’importe où au Québec pour se faire entendre par les militants. Elle accuse même Cloutier de se défiler, alors qu’il sent sa « montée ».

« Tous les jeux sont complètement ouverts et moi, je vous le dis, sur les réseaux sociaux, sur le terrain, j’ai clairement une avance et je le sens », a-t-elle affirmé lors d’un deuxième point de presse pour réagir aux propos de Cloutier.

« Je pense qu’il sent ma montée. Et il sent qu’effectivement, le fait de s’affirmer et d’assumer son indépendance, que ça porte [auprès des militants]. »

Mystérieux sondage

L’ancien député Bernard Drainville s’est invité dans la course à la direction, mercredi, en dévoilant les résultats d’un « sondage interne » qui montre que Cloutier et Lisée étaient au coude à coude dans les intentions de vote.

Selon des chiffres obtenus qu’une source « très, très, très, très crédible » au sein du clan Hivon, disait-il, Cloutier et Lisée obtenaient tous les deux 30%, Hivon avait 23% des voix et St-Paul-Plamondon et Ouellet se partageaient les 17% restants.

Drainville en a fait l’annonce à l’émission du midi qu’il co-anime au FM93 avec Éric Duhaime.

Or, l’équipe Hivon a déclaré ne jamais avoir réalisé de sondage interne. «Même le pointage que nous avons fait ne reflétait pas les chiffres qui circulent aujourd'hui», a dit l'attachée de presse de Hivon, Pascale Sévigny.

Lisée a lui aussi soutenu – sourire aux lèvres – que ces chiffres ne provenaient pas de sa campagne, puisque son équipe refuse de faire du pointage avant le 7 septembre, soit un mois avant le vote.

« Ces chiffres ne reflètent pas les nôtres et sont démentis par toutes les campagnes, dont celle de Véronique. Nous ne leur accordons aucune – aucune – crédibilité », a réagi l’attaché de presse de Cloutier, Dominic Vallières.

Le caucus présessionnel se poursuit avec tous les députés du PQ à Gatineau, jeudi.

Voir aussi:

Galerie photo Qui pourrait devenir chef du PQ Voyez les images