NOUVELLES
31/08/2016 07:12 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Apple: Jack Lew dénonce l'initiative de l'UE mais réclame une réforme de l'impôt aux Etats-Unis

Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew a estimé mercredi que la Commission européenne visait d'abord les compagnies américaines, après avoir réclamé à Apple le remboursement record de 13,5 milliards d'euros d'avantages fiscaux "indus".

"La tendance des initiatives" de la Commission européenne "apparaît fortement viser d'abord les firmes américaines", a regretté M. Lew lors d'une conférence à Washington. Il a répété que ce geste "créait de l'incertitude" et qu'au final "ce ne sera pas bon pour l'économie européenne".

A l'issue de trois ans d'enquête, la Commission a demandé à Apple de rembourser les avantages fiscaux accordés par le gouvernement irlandais qui constituaient "des aides illégales".

Le secrétaire américain au Trésor, qui a lancé ces derniers mois plusieurs directives pour mettre un frein à l'évasion fiscale des grandes compagnies qui s'installent à l'étranger pour échapper à l'impôt américain, a néanmoins regretté la lenteur de la réforme du code fiscal des entreprises sur le sol américain.

Sur cette volonté de réforme fiscale, "le Congrès n'a pas agi", a-t-il insisté. "On a fait des progrès (...). Il y a l'espoir que cela se fasse, peut-être pas dans le cours de mon mandat, mais celui de la prochaine administration", a-t-il souhaité.

"J'ai dit à beaucoup de dirigeants d'entreprises qu'ils devaient être très prudents quand ils ne pensaient qu'à exploiter au maximum les avantages fiscaux", a poursuivi M. Lew, "car cela a un réel impact sur l'image".

Stigmatisant le mouvement d'inversions fiscales -- quand des groupes américains fusionnent avec une entreprise étrangère pour déplacer leur siège social et payer moins d'impôt -- M. Lew a lancé: "c'est certes légal mais c'est pas bien".

vmt/vog

APPLE INC.