NOUVELLES
31/08/2016 08:08 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Amical - Italie-France: une rentrée "fuoriclasse"

Sept semaines après l'Euro, l'équipe de France défend son nouveau statut de vice-championne d'Europe face à son vieux rival italien, qui s'était lui arrêté en quarts contre l'Allemagne, jeudi à Bari (19H00 GMT), un test amical relevé avant d'entamer leurs qualifications pour le Mondial-2018.

L'affiche est alléchante entre deux nations qui ont repris des couleurs sur la scène internationale, au sortir d'un Championnat d'Europe où chacune d'entre elles a montré une belle image, même si la frustration a accompagné l'épilogue de leurs parcours respectifs.

Pour l'Italie, cela s'est arrêté avant la France. Lors d'un quart de finale haletant face à l'Allemagne championne du monde, ponctué par une séance de tirs au but fatale à Gianluigi Buffon et les siens, tandis que Manuel Neuer et la Mannschaft battaient pour la première fois leur bête noire en phase finale d'une compétition officielle.

Pour les Bleus, la détresse fut certainement plus grande puisque c'est en finale, chez eux au Stade de France qu'ils ont vu leur rêve de sacre européen s'effondrer face au Portugal, vainqueur en prolongation (1-0).

A présent, il s'agit pour ces deux équipes d'aller de l'avant, car une nouvelle aventure les attend avec, au bout, un billet à composter pour le Mondial-2018 en Russie. Et si la France est favorite de son groupe de qualification face aux Pays-Bas, la Suède, la Bulgarie, le Luxembourg et le Belarus où elle se déplace mardi, l'Italie devra batailler dans le sien.

Elle luttera avec l'Espagne pour la première place, et devra faire le plein contre l'Albanie, la Macédoine, le Liechtenstein et Israël où elle jouera lundi.

Mais avant d'entamer leur campagne, Italiens et Français ont ce match amical à disputer à Bari. Un match amical qui n'en est d'ailleurs jamais vraiment un entre ces deux rivaux historiques, alors qu'ils ont été tout près de se croiser à l'Euro. Cela n'a tenu qu'à cette séance de tirs au but perdue face à l'Allemagne.

- Une rivalité 'saine' -

"Quand on joue le pays frontalier, l'Allemagne, l'Espagne, l'Angleterre, il y a cette rivalité qui est saine. Ce sera un match de prestige", a relevé Deschamps, conscient de l'importance du rendez-vous pour cette rentrée internationale, alors que Bleus et Azzurri se sont affrontés à 37 reprises, avec un bilan favorable aux Italiens (18 victoires à 9).

Des Italiens qui sont désormais orphelins d'Antonio Conte, parti entraîner Chelsea. Mais son successeur Giampiero Ventura semble miser sur la continuité avec une ossature et un système tactique en 3-5-2 conservés. En prime, il y a le retour du prodige, Marco Verratti, enfin débarrassé de sa pubalgie qui l'avait contraint au forfait pour le tournoi continental.

La Nazionale sera en revanche privée de son meilleur défenseur Leonardo Bonucci, mais avec les grognards Andrea Barzagli et Giorgio Chiellini, ainsi que l'inusable et toujours affamé Gianluigi Buffon dans les cages, les attaquants français passeront un vrai test de rentrée.

Désigné meilleur joueur de l'Euro, Antoine Griezmann sera le plus scruté. Tout comme Paul Pogba, surtout depuis qu'il a quitté la Juventus pour revenir prendre sa revanche à Manchester United, devenant au passage le joueur le plus cher du monde (105 M EUR).

D'un côté comme de l'autre, les talents ne manquent pas. A eux de s'exprimer pour entretenir de la plus belle manière possible 106 ans d'une rivalité à part.

nip/ah