NOUVELLES
31/08/2016 13:01 EDT | Actualisé 01/09/2017 01:12 EDT

Amical/Allemagne-Finlande: la "Mannschaft du futur" gagne et séduit

L'équipe d'Allemagne qui a battu la Finlande 2-0 mercredi en amical, très largement composée de jeunes joueurs, préfigure peut-être la Mannschaft rêvée par le sélectionneur Joachim Löw, pour la fin des années 2010 voire au-delà.

Seul anachronisme dans cette "équipe du futur", la présence au coup d'envoi de Bastian Schweinsteiger, qui fêtait à 32 ans sa 121e et dernière sélection.

Le champion du monde 2014 a fait des adieux émouvants à l'équipe nationale dans le stade de Mönchengladbach, le même où il avait marqué ses deux premiers buts internationaux, le 8 juin 2005 contre la Russie en amical (2-2).

En larmes lors de l'hommage très chaleureux qui lui a été rendu avant le match, le joueur actuellement écarté de son équipe de Manchester United, était donc entouré d'une formation très expérimentale.

Quasiment aucun des cadres indiscutables qui ont mené la Mannschaft en demi-finale de l'Euro-2016 n'était aligné au coup d'envoi.

Ainsi Ter Stegen remplaçait dans les buts Manuel Neuer, et Müller, Özil ou Hummels, entre autres, étaient sur le banc de touche.

En revanche, trois joueurs de 20 ans qui viennent de se mettre en évidence aux Jeux Olympiques (défaite en finale contre le Brésil de Neymar), étaient titularisés comme annoncé par le sélectionneur Joachim Löw.

L'homme qui a mené l'Allemagne dans le dernier carré de toutes les compétitions depuis 10 ans a promis de lancer une nouvelle génération de joueurs, et profite de toutes les occasions pour leur donner du temps de jeu sous le maillot aux quatre étoiles.

- Remplacer les champions du monde -

Pour sa première cape, le défenseur Niklas Süle a livré un match très sérieux, touchant un grand nombre de ballons et étant très actif dans la relance. Et ce même si la spontanéité et la vitesse réclamées par Löw n'étaient pas encore totalement au rendez-vous.

Max Meyer et Julian Brandt, également médaillés à Rio, ont également réussi leur deuxième sélection.

Le premier a ouvert la marque (55e) d'une reprise rageuse en bout de course entre deux défenseurs, sur un centre de Mario Götze. Le second a apporté sa vivacité et sa présence dans les combinaisons offensives.

Götze, 24 ans, a également débuté le match, alors qu'il n'a toujours pas joué une seule minute pour son nouveau club de Dortmund cette saison.

Transféré du Bayern où il était déjà très peu utilisé par Pep Guardiola ces trois dernières saisons, il est apparu encore un peu lent, se créant toutefois deux belles occasions de but, sur une infiltration dans la défense (32e) puis à la reprise de près d'un ballon repoussé par la défense (65e).

Ce match n'aura sans doute pas vraiment servi à Löw a préparer le premier match des éliminatoires du Mondial-2018, dimanche contre la Norvège, même si la rentrée d'Özil (63e) et de Müller (80e) a évidemment apporté de la créativité dans l'animation offensive. Le meneur de jeu d'Arsenal a d'ailleurs lui-même marqué le deuxième but (77e).

Joaquim Löw l'a néanmoins dit été répété: l'essentiel pour lui est de préparer le remplacement progressif de la génération championne du monde, en lançant le plus vite possible ces "joueurs d'avenir" dans le grand bain.

cpb/jco