DIVERTISSEMENT
30/08/2016 10:15 EDT | Actualisé 30/08/2016 10:16 EDT

Québec en toutes lettres fait honneur au roman noir (PHOTOS)

The sound of jazz

Un corps à peine tiède est retrouvé sur la moquette d’un bureau richement décoré. S’enclenche aussitôt une enquête à laquelle s’affaire un Sherlock Holmes ou un Hercule Poirot. Quelques centaines de pages plus tard, on découvrira que le meurtrier n'était nul autre que le domestique qu’on venait de licencier.

Galerie photo Festival Québec en toutes lettres Voyez les images

Ce n’est pas pour rien que le festival Québec en toutes lettres réserve sa septième édition au roman noir. Le genre, autrefois peu considéré, est présentement en plein âge d’or au Québec, selon l’auteur à succès Martin Michaud.

Si on reconnaît aujourd’hui la valeur romanesque du genre, le roman policier n’a pas toujours bénéficié d’une bonne réputation.

À l’origine lues et aimées des classes populaires, ces histoires étaient méprisées des élites qui « ne les considéraient pas du niveau de Balzac, Hugo ou Proust », explique le directeur de la Maison de la littérature, Bernard Gilbert. Avec la démocratisation de la culture cependant, il n’y a plus de raison pour qu’une forme romanesque de qualité n’ait pas pignon sur rue. »

Au Québec, le polar a retrouvé ses lettres de noblesse ces dernières décennies. En pleine effervescence, la littérature noire séduit de plus en plus de lecteurs. La preuve étant qu’un titre signé Chrystine Brouillet ou Patrick Senécal se vend généralement à plusieurs milliers d’exemplaires, souligne celui qui rêvait depuis un moment de consacrer une édition au roman noir.

Gourmandises, frousses et enquêtes au menu

La première fin de semaine du festival sera marquée autant par le jazz que par la frousse. Le 29 septembre sera présenté Stanley Péan et Gilles Archambault: à voix basse , projet né de la volonté de créer une anthologie de chanteuses de jazz l’an dernier. Les deux écrivains et animateurs de radio y dévoileront les liens existant entre le jazz et la littérature noire.

Suivra le lendemain une Nuit au cimetière « pour nous rappeler nos premières sensations de peur provoquées par l’ambiance angoissante des premiers romans noirs qu’on a lus », évoque Isabelle Forest, coordonnatrice littérature de la Maison de la littérature. Le tout sera mis en scène par Patric Saucier, à qui on a aussi confié la soirée Crimes à la bibliothèque du 4 octobre.

L’œuvre de Chrystine Brouillet occupe une place de choix dans la programmation. Son enquêteuse Maud Graham sera au cœur de deux activités organisées en collaboration avec la Promenade des écrivains : un parcours retraçant les lieux visités par le personnage (1er et 2 octobre) de même qu’une visite gourmande dans le quartier Saint-Jean-Baptiste (8 octobre). L’auteure sera aussi d’un entretien avec Martin Michaud le 6 octobre à la chapelle du Musée de l’Amérique francophone.

Un an après sa tenue en pleine Maison de la littérature, le meurtre et mystère Adieu Sherlock! connaîtra une seconde vie, le 3 octobre. L’activité, fruit du comité de jeunes programmateurs de l’institution, propose un parcours d’une heure où le spectateur doit découvrir le meurtrier du célèbre enquêteur britannique.

Le classique du festival, Œuvres de chair, revient également pour une septième édition, le 8 octobre, toujours à l’Hôtel Pur.

Le festival Québec en toutes lettres se tiendra du 29 septembre au 9 octobre 2016. La programmation est disponibleici:

Voir aussi: