NOUVELLES
30/08/2016 04:44 EDT | Actualisé 30/08/2016 04:45 EDT

Le nouvel équipement des gardiens de but de la LNH se fait attendre

USA Today Sports / Reuters
Oct 15, 2015; Montreal, Quebec, CAN; Montreal Canadiens goalie Carey Price (31) makes a save during the third period against the New York Rangers at the Bell Centre. Mandatory Credit: Eric Bolte-USA TODAY Sports

TORONTO - Les gardiens de but de la Ligue nationale de hockey n'afficheront pas leur nouvelle silhouette longiligne aussi rapidement que prévu: des délais de production de leur nouvel équipement les empêcheront de le revêtir pour le début de la campagne.

Lors de la réunion des directeurs généraux du circuit en mars dernier, les dirigeants de la LNH et de l'Association des joueurs de la LNH avaient indiqué qu'ils souhaitaient présenter le nouvel équipement plus adapté à la morphologie des gardiens cet automne, possiblement à temps pour la prochaine Coupe du monde de hockey.

Il semble toutefois que seulement quelques pièces seront prêts pour la prochaine saison. Une refonte complète de l'équipement ne devrait pas être prête avant la saison 2017-18.

"J'aurais souhaité que personne ne dise que ça allait être prêt pour la prochaine saison. C'était agressif comme visée, a noté Mathieu Schneider, de l'AJLNH, dans un entretien avec la Presse canadienne. Compte tenu d'où nous nous trouvons présentement et des défis que nous avons eus à relever, je suis 100 pour cent confiant que nous allons atteindre notre objectif, mais je ne suis pas certain si nous allons être en mesure de présenter de nouvelles pièces d'équipement cette saison."

"Ça a été toute une aventure de faire approuver cette nouvelle règlementation, a pour sa part indiqué le vice-président senior et directeur des opérations hockey de la LNH, Colin Campbell. Souhaitons que nous soyons en mesure de la mettre en application."

Les culottes et les plastrons devaient être réduits, mais on croit maintenant que seuls les culottes pourraient être fabriquées à temps pour le début de la saison régulière. Quelques éléments du plastron pourraient être intégrés en cours de campagne.

Autant Campbell que Schneider ont spécifié que le plus grand défi avait été de coordonner la production du nouvel équipement avec les différents manufacturiers. Les deux parties, menées par Kay Whitmore pour la LNH et Rob Zepp du côté du syndicat, comptaient sur les propostions des manufacturiers, un processus qui s'est avéré décevant et frustrant.

La LNH espérait pouvoir tester les nouvelles pièces d'équipement cet été, mais un prototype répondant aux critères des deux parties n'a été obtenu qu'en juillet. Il a été envoyé à une poignée de gardiens, qui en ont fait une critique mitigée.

Selon Campbell, les gardiens, les équipes et leur personnel sont réticents à ces changements.

"Le plus important est d'avoir la collaboration de tout le monde, a-t-il souligné. L'AJLNH doit nous appuyer, même quand quelques-uns de ses membres l'appellent pour se plaindre. Du côté de la LNH, nous devons être plus vigilants et les directeurs généraux doivent appuyer les changements proposés. Tout le monde doit faire ce qui est le mieux pour le hockey."

Les gardiens devraient s'ajuster facilement à la nouvelle culotte, qui pourrait être disponible pour les camps d'entraînement de la Coupe du monde et utilisée dès le début de la saison régulière. Par contre, la plupart d'entre eux hésiteraient à modifier leur plastron en cours de saison.

En plus des 60 gardiens de la LNH, les manufacturiers devront s'assurer de fournir les nouvelles culottes aux gardiens de la Ligue américaine, afin que ces derniers puissent se conformer aux règles en cas de rappel.

La Ligue nationale de hockey entend appliquer de façon plus pointilleuse les règles touchant à l'équipement des gardiens cette saison. Ceux qui ne s'y conformeront pas seront suspendus pour deux rencontres.

M. Ritchie écrit avoir vu un préposé traîner une bénéficiaire par les jambes. Il ajoute avoir rapporté la situation à son patron qui l'a mis à la porte pour avoir critiqué le travail de ses collègues.

Il raconte aussi cette histoire aux responsables du Centre intégré de santé et services sociaux de la Côte-Nord, qui déclenche une enquête.

La conclusion de celle-ci est sans équivoque: les services offerts par les employés des résidences Régnault et Mgr Blanche sont sans reproche, rapporte le juge.

Mais les conséquences pour les responsables du centre sont nombreuses: ils affrontent les commérages et les questions des employés. Ils interrompent même un projet d'agrandissement pour l'une des résidences à cause de l'impact des commentaires de Ian Ritchie. Ils ont depuis de la difficulté à engager du personnel, les candidats refusant de vouloir s'associer à ces résidences, ont-ils témoigné.

Quant à Ian Ritchie, il n'a pas contesté la poursuite.

Et puisque le juge a conclu que ses propos étaient faux, inexacts et clairement diffamatoires, il l'a condamné à payer la somme de 17 500 $ en dommages.

Voir aussi:

Galerie photo Finale du Championnat du monde de hockey 2016 Voyez les images