NOUVELLES
30/08/2016 04:53 EDT | Actualisé 30/08/2016 04:57 EDT

Brésil - Dilma Rousseff a commis des actes frauduleux, soutient la procureure en chef

BRASILIA, Brésil - Dilma Rousseff a commis des actes frauduleux dans sa gestion des fonds publics, a affirmé, mardi, la procureure en chef du procès qui pourrait mener à la destitution de la présidente brésilienne.

Prenant la parole lors de la cinquième journée d'audience devant le tribunal qui doit décider du sort de Mme Rousseff, Janaina Paschoal a déclaré que la leader de gauche avait enfreint les lois fiscales en gérant le budget fédéral du pays sud-américain.

Elle a souligné que cette affaire ne concernait pas une simple erreur comptable ou une présidente prise en flagrant délit de mensonge, mais bien une véritable fraude qui avait été documentée.

Me Paschoal a toutefois fondu en larmes à la fin de son allocution, disant qu'elle espérait que Mme Rousseff lui pardonnerait les souffrances qu'elle lui causait.

Pour que la présidente soit chassée du pouvoir, au moins 54 des 81 sénateurs doivent voter pour sa destitution.

Selon un média local, 52 sénateurs seraient prêts à destituer Dilma Rousseff, 18 seraient contre le départ de la dirigeante et 11 seraient indécis.

Mme Rousseff avait comparu la veille, déclarant devant les sénateurs que les allégations contre elle n'étaient pas fondées et que l'histoire jugerait le pays s'il la destituait. Elle avait par ailleurs soutenu que, même si elle faisait l'objet d'un procès, elle n'avait commis aucun crime et avait la conscience tranquille.

Le processus de destitution s'est amorcé à la fin de 2015, lorsque le Congrès a présenté une motion en ce sens. Le Sénat a suspendu la présidente en mai pour une période maximale de 180 jours, le temps qu'un procès soit préparé.

INOLTRE SU HUFFPOST

  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP
  • AFP