NOUVELLES
30/08/2016 01:04 EDT | Actualisé 30/08/2016 01:04 EDT

Des enfants nigérians qui échappent à Boko Haram meurent maintenant de faim

STEFAN HEUNIS via Getty Images
A picture taken on June 30, 2016 shows a young boy suffering from severe acute malnutrition at one of the Unicef nutrition clinics in the Muna informal settlement, which houses nearly 16,000 IDPs (internally displaced people) in the outskirts of Maiduguri capital of Borno State, northeastern Nigeria. Nigeria has pledged to do more to tackle food shortages among people made homeless by Boko Haram, as the United Nations warned some 50,000 children could starve to death this year in one northeastern state alone. / AFP / STEFAN HEUNIS (Photo credit should read STEFAN HEUNIS/AFP/Getty Images)

Les enfants qui ont échappé à l'insurrection islamiste de Boko Haram dans le nord-est du Nigéria meurent maintenant de faim dans des camps de réfugiés, au moment où le gouvernement enquête sur des allégations de vols de nourriture par des responsables.

Les réfugiés manifestent presque quotidiennement depuis une semaine. Des femmes ont ainsi bloqué pendant cinq heures l'autoroute qui relie Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, à la ville de Kano en criant que leurs enfants meurent de faim et qu'elles n'ont aucune eau potable alors que le mercure surpasse 40 degrés Celsius.

Entre 10 et 15 pour cent des enfants traités dans un centre d'alimentation se meurent, a dit une représentante de Médecins sans frontières. Shaista Aziz a ajouté qu'il s'agit d'un pourcentage élevé, même en situation de crise. La plupart des petites victimes proviennent de camps de réfugiés, a-t-elle dit.

Des dizaines de bébés et d'enfants gravement mal nourris et décharnés remplissaient les tentes du centre d'alimentation visité par l'Associated Press.

Les familles ne peuvent quitter les camps et elles dépendent donc entièrement de la distribution de nourriture, a dit une dirigeante de MSF, la docteure Natalie Roberts.

Le programme d'alimentation thérapeutique de MSF à Maiduguri, où les enfants les plus mal nourris sont soignés, a quadruplé de taille depuis quelques semaines, mais à chaque fois il se remplit au maximum de sa capacité, a dit la docteure Roberts. Elle a ajouté que 20 enfants âgés de moins de cinq ans sont morts dans un seul camp le mois dernier.

Entre 1,2 million et deux millions de réfugiés se trouvent à Maiduguri, mais la majorité d'entre eux évitent les camps puisqu'ils n'y trouvent rien à manger et que les maladies y sont courantes.

Le Sénat nigérian a annoncé la semaine dernière l'ouverture d'une enquête pour déterminer si l'aide alimentaire a été détournée. Une autre agence gouvernementale fait elle aussi enquête.

Le gouverneur de l'État de Borno a quant à lui démantelé le comité qui devait fournir des repas préparés aux réfugiés. Ces derniers prépareront dorénavant eux-mêmes leurs repas, mais ils auront besoin de charbon, d'huile de cuisson et d'eau potable pour le faire.

L'ONU décrivait récemment une "situation humanitaire catastrophique" dans les secteurs du nord-est du Nigéria récemment libérés de Boko Haram, où 2,5 millions de personnes affamées se retrouvent sans accès à la nourriture et à l'eau potable.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Ce que vous devez savoir sur Boko Haram Voyez les images