NOUVELLES
29/08/2016 09:55 EDT | Actualisé 30/08/2017 01:12 EDT

Le parlement estonien ne parvient pas à élire d'emblée le nouveau chef de l'Etat

Le parlement de l'Estonie n'a pas réussi à élire dès le premier tour lundi le nouveau président de ce pays balte, pour remplacer le libéral Toomas Hendrik Ilves, 62 ans, qui achève son deuxième et dernier mandat, aucun des candidats en lice n'ayant obtenu un soutien suffisant.

Deux nouveau tours sont prévus pour mardi mais, selon les observateurs, l'élection risque d'être en fin de compte confiée à un collège électoral composé de députés et de délégués de collectivités locales qui pourrait se réunir le 24 septembre.

Pour être élu par le parlement, où six partis différents sont représentés, un candidat doit arriver à y obtenir au moins les deux tiers des suffrages.

"Il est très peu probable que le président soit élu par le parlement. Le processus sera alors confié au collège électoral et le résultat est totalement imprévisible", a déclaré vendredi à l'AFP Tonis Saarts, analyste politique à l'Université de Tallinn.

En Estonie, pays de 1,3 million d'habitants, les fonctions du président, dont le mandat est de cinq ans, sont essentiellement honorifiques.

str-sw/bds