POLITIQUE
29/08/2016 01:24 EDT

La proportionnelle renforcerait l'unité nationale, selon Ed Broadbent

Adrian Wyld/CP

OTTAWA — L'ancien chef néo-démocrate Ed Broadbent propose le mode de scrutin proportionnel comme façon de renforcer l'unité nationale.

Celui qui a dirigé le Nouveau Parti démocratique (NPD) entre 1975 et 1989 doit comparaître lundi après-midi au comité sur la réforme électorale, où il défendra l'adoption d'un système de représentation proportionnelle, l'une de ses batailles de longue date.

Selon son entourage, l'un des arguments qu'il avancera en faveur de ce changement est que le système uninominal majoritaire à un tour qui prévaut actuellement au Canada encourage la discorde régionale.

Dans une lettre ouverte qu'il avait cosignée au printemps, M. Broadbent avait d'ailleurs écrit qu'avec «la proportionnalité, l'unité nationale serait renforcée». Il évoquait le nombre famélique de sièges remportés par le Parti libéral du Canada dans les provinces de l'Ouest après l'élaboration du Programme énergétique national (PÉN) en 1980, peu populaire dans les provinces productrices de pétrole. Bien que le PLC avait malgré tout récolté 20 pour cent des voix dans l'Ouest, il n'avait gagné aucun siège en Saskatchewan et en Alberta, et seulement deux au Manitoba.

Le comité entendra également lundi le point de vue de l'ancien ministre péquiste de la Réforme des institutions démocratiques, Jean-Pierre Charbonneau. De nombreux experts sont également attendus en comité au cours de la semaine.

En campagne électorale, Justin Trudeau avait promis que les élections d’octobre 2015 seraient les dernières selon les paramètres actuels.

Le comité dispose de peu de temps pour étudier la question, car il doit remettre son rapport au gouvernement libéral au plus tard le 1er décembre.