NOUVELLES
28/08/2016 00:32 EDT | Actualisé 28/08/2017 01:12 EDT

Venezuela: une figure de l'opposition renvoyée en prison

Le Venezuela a renvoyé en prison un chef de l'opposition assigné jusqu'ici à résidence et expulsé une délégation de parlementaires équatoriens à l'heure où la tension politique s'accentue dans le pays, l'opposition réclamant un référendum révocatoire contre le président Nicolas Maduro.

Daniel Ceballos a été arrêté samedi avant l'aube par des membres des services de renseignements vénézuéliens, a annoncé sur Twitter sa femme qui a mis en ligne une vidéo montrant leurs véhicules s'éloignant du domicile.

Les services de renseignements ont appris que l'opposant politique était prêt à s'échapper et "à diriger et coordonner des actions violentes dans le pays", a justifié le ministère de l'Intérieur et de la Justice.

Daniel Ceballos sera transféré dans une prison à San Juan de Los Morros, dans l'Etat de Guarico (centre), a indiqué le ministère dans un communiqué.

"Le transfert en prison de @Daniel_Cabellos constitue un nouveau maillon de la chaîne des violations des droits de l'Homme visant les prisonniers d'opinion", a dénoncé son avocat Juan Carlos Gutierrez sur Twitter.

Ancien leader étudiant, Daniel Ceballos était maire de San Cristobal (ouest, près de la frontière colombienne), berceau de manifestations antigouvernementales en 2014. Il avait été destitué et arrêté en mars de la même année pour "incitation à la violence" lors des protestations contre le pouvoir qui avaient fait 43 morts.

M. Ceballos avait été assigné à résidence il y a un an pour raisons médicales.

Parallèlement, le ministre des Affaires étrangères vénézuélien a confirmé l'expulsion vendredi d'un groupe de parlementaires et politiques équatoriens qui avait rencontré cette semaine l'opposition à Caracas, accusant la délégation d'avoir mené des activités "déstabilisantes".

Cynthia Viteri, membre du Congrès équatorien, a raconté que la délégation avait été interpellée vendredi par des membres des services de renseignement près d'une prison militaire où est détenu un autre opposant politique, Leopoldo Lopez.

"Ce que nous avons vécu au Venezuela était terrifiant", a-t-elle affirmé samedi, ajoutant que le groupe avait regagné l'Equateur.

La tension politique est grande au Venezuela, l'opposition exigeant depuis des mois la tenue d'un référendum révocatoire contre l'impopulaire président Nicolas Maduro. L'opposition se prépare à une grande marche le 1er septembre dans tout le pays pour intensifier la pression sur le président.

Le Venezuela fait face en outre à une récession économique générée par l'effondrement des prix du pétrole, pourvoyeur de 96% des devises du pays. Faute de dollars pour les importations, la pénurie touche plus de 80% des produits de base.

csc/mdl/ch/elp/at