NOUVELLES
28/08/2016 07:47 EDT | Actualisé 29/08/2017 01:12 EDT

Iran/nucléaire: un "espion" arrêté puis libéré sous caution (justice)

L'Iran a arrêté "un espion" impliqué dans les négociations sur le nucléaire avec les grandes puissances mais ne l'a pas encore formellement inculpé, a rapporté dimanche le porte-parole de la justice.

Les informations sur "l'arrestation d'un espion infiltré sont vraies. Une action légale a été lancée contre lui et il a été libéré sous caution", a indiqué Gholamhossein Mohseni Ejeie lors de sa conférence de presse hebdomadaire.

"L'accusation (retenue) contre lui n'a pas encore été établie", a-t-il précisé, cité par l'agence de presse officielle IRNA, sans identifier le suspect.

Des médias iraniens ont rapporté qu'un binational identifié comme Abdolrasoul Dorri Esfahani et décrit comme un comptable expérimenté impliqué dans les aspects bancaires des discussions sur le nucléaire, avait été arrêté pour espionnage.

Le 16 août, le procureur de Téhéran avait fait état de l'arrestation d'une personne ayant la double nationalité britannique et iranienne pour liens présumés avec les services de renseignements du Royaume-Uni, sans toutefois décliner son identité et son sexe. Il avait indiqué que la personne interpellée était active dans le secteur de l'économie iranienne et liée aux services de renseignements britanniques.

Mais il n'est pas clair si l'"espion" et la personne irano-britannique mentionnée mi-août par le procureur sont les mêmes individus.

L'Iran ne reconnaît pas la double nationalité et traite les personnes arrêtées uniquement comme des citoyens iraniens.

A l'issue de plus de deux ans de négociations, l'Iran a signé en juillet 2015 un accord historique avec les grandes puissances qui a permis la levée d'une partie des sanctions internationales contre ce pays en échange d'une limitation de son programme nucléaire à un usage civil.

M. Esfahani "a court-circuité l'équipe de négociation et donné des informations précieuses aux Etats-Unis", a accusé le député iranien Javad Karimi Ghodousi, cité mercredi dans l'hebdomadaire conservateur Ramze Obour.

Selon lui, le comptable a été à la fois payé par les Américains et les Britanniques.

L'agence officielle ISNA a elle toutefois indiqué que M. Esfahani ne faisait ni partie de l'équipe de négociation ni du ministère des Affaires étrangères.

an/srm/nbz/mer